C’est une question d’ambiance…

Créer une boite, c’est savoir faire plein de choses : de la strat’, du commercial, de la compta, du commercial, des formalités administratives, du marketing, du commercial, de la finance, pleurer chez son banquier, lever des fonds, gagner des concours, supplier des journalistes de parler de son projet, recruter une équipe du tonnerre, gérer les hauts et les bas – oh, et puis un peu de commercial aussi.

Bref, il y a du boulot. Mais il y en a aussi un autre que cette liste déjà bien fournie : celui de mettre l’ambiance, et la bonne, pour permettre à la jeune boîte de continuer à croître rapidement. Et pour une startup, suivant le moment et le niveau de développement, la « bonne » ambiance ne signifie pas toujours la même chose :

  • Step Zéro : une ambiance très ouverte et friendly lors du tout début, avec seulement les associés, où il faut être capable de tout changer du jour au lendemain, et de se dire les choses en face très, très franchement. Frugalité et engagement personnel au max (de chez soi, sans frais engagés, tard le soir, week-ends inexistants, …), genre « on ne sait pas où on va, mais on y va ! ».
  • Step Un : une ambiance assez funky sur la constitution du premier cercle de « collaborateurs », notamment de premiers stagiaires, pour que tout se passe dans la bonne humeur et fasse oublier le manque de ressources, mais aussi de « gros taffeurs » qui font des horaires sans limite et bossent énormément. Clairement, on veut là des cowboys prêts à s’investir pour la beauté du geste et le bout de chemin parcouru ensemble.
  • Step Deux : une ambiance de jeune pousse en voie de professionnalisation, dès que les premiers prospects sont démarchés, où l’on se montre plus carré qu’on ne l’est en réalité, et où on apprend à fêter les petites victoires, où l’on cherche à rendre tout le monde plus efficace pour continuer à faire beaucoup avec peu… On commence aussi à parler de reporting et à suivre les atteintes d’objectifs de chacun.
  • Step Trois : une ambiance de PME, presque dès les premiers employés, surtout à partir du moment où il faut sortir du mode bisounours, avec quelques process légers (on ne parle pas de devenir une grosse boîte du CAC40 non plus, hein) qui viennent rythmer la vie quotidienne et simplifier le travail de chacun. On commence aussi à avoir plusieurs niveaux de hiérarchie, et les premiers arrivants ont envie de progresser… ou de partir !
  • Step Quatre : une ambiance de « PME où il fait bon vivre mais qui reste très réactive », peut-être l’état le plus compliqué à atteindre et à maintenir, où chacun se sent encore poussé à tout donner, sans tomber dans des problèmes de « politique interne », ni souffrir de réunionite aiguë… Il est souvent nécessaire ici de se focaliser sur la croissance (rentable) et à envisager les nouveaux développements propres à motiver les plus anciens ou à attirer de très chouettes talents de l’extérieur. C’est aussi le moment ou structurer l’organisation devient le buzzword, et où les managers commencent à débarquer !

Devant le flot de choses opérationnelles à faire, il peut sembler secondaire de s’arrêter quelques heures et de réfléchir à l’ambiance que l’on veut insuffler dans son entreprise, qui peut d’ailleurs paraître n’être qu’une résultante de la personnalité des entrepreneurs…

A chaque stade d'évolution de la startup son ambiance et ses hommes...

Et pourtant, savoir « organiser » l’ambiance est très important, l’entrepreneur en étant le garant et le responsable direct. Cela passe notamment par :

  • des recrutements de profils en conséquence, et de la définition de postes en conséquence (une startup n’a pas besoin des mêmes talents, au même moment, au même prix)
  • la mise en place d’une vraie personnalité de l’entreprise, aux côtés de celle des entrepreneurs
  • la création de « routines » business, qui rythment la vie de la jeune société, à l’échelle de la journée, de la semaine, du mois, de l’année…
  • l’organisation de moments de réjouissance ou de feedbacks où les équipes peuvent échanger en-dehors du rythme classique du business (fêtes, apéros, petits-déj, séminaires…),
  • ou encore par la création d’un « esprit » propre à l’entreprise, en disséminant auprès de tous de certaines valeurs et comportements types, qui fait que chacun peut se sentir porteur d’une partie de la vie de l’entreprise et qui fait que votre entreprise ne ressemble à aucune autre…

Et vous, vous faite quoi pour trouver la bonne ambiance et la faire évoluer en fonction de la croissance de votre entreprise ?

4

  1. Chez nous c’est step 4, et « envisager les nouveaux développements propres à motiver les plus anciens » s’applique à 200% à… la gérante, et oui ! Passé l’excitation des débuts, il faut trouver d’autres défis à relever, sinon, l’ennui guette !
    Sinon, c’est bonne ambiance au quotidien, pains au chocolat de temps en temps, journée stratégie annuelle hors des murs (une mémorable au Musée du Quai Branly en 2009) et une escapade de temps en temps (2 jours à Londres le mois dernier: http://www.youtube.com/watch?v=qFQ6eUfnDWM
    Heureusement, on n’a pas encore besoin de grands managers…

  2. « la mise en place d’une vraie personnalité de l’entreprise, aux côtés de celle des entrepreneurs »
    Post intéressant, mais attention à ne pas se prendre pour un autre. La mentalité/les valeurs/l’ambiance d’une boite découlent surtout de la personnalité de son ou ses principaux porteurs!

    Bref, tenter d’imposer une ambiance pizza quand on est plus suchi n’est pas forcément un bon plan!

    • @boucledor : C’est vrai, mais mon propos était plus de dire que, comme d’autres « fonctions » au sein de l’entreprise, il est possible de créer une personnalité pour la startup, avec ses valeurs, son fonctionnement, ses règles, ses rendez-vous réguliers, etc. Il ne s’agit pas d’être totalement schizophrène, mais bien de se dire qu’on crée une nouvelle chose et que pour qu’elle se développe bien, c’est important que chacun s’en sente proche et participe à la construction !

  3. C’est étonnant de voir des théories sur l’ambiance et comment il faut la gérer et la modeler.
    Franchement, sauf à changer toute l’équipe à chacune des étapes que tu décris, je pense que l’ambiance est intrinsèque à l’équipe et elle restera ce qu’elle a été au début.
    Donc, il faut mettre dès le début l’ambiance qu’on veut avoir par la suite. Sinon, le changement se fera dans la douleur 😉

Les commentaires sont fermés.

© 2018 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑