Trouver un stage dans une startup

Stage en startup

Stage en startup…

J’ai déjà écrit à plusieurs reprise sur « comment trouver des stagiaires », et c’est un sujet qui plus largement a déjà été bien débattu, depuis comment les exploiter, jusqu’à même la question de s’il fallait en prendre ou pas, et dans quelles conditions.

J’ai envie, comme ils sont quelques unes et quelques uns à se perdre par ici de temps en temps, d’échanger un peu les points de vue et de m’adresser, en tant que startuper, à celles et ceux qui seraient tentés de faire un stage dans une startup.

Si je suis un fervent partisan de cela (à mon sens un stage en petite structure devrait être obligatoire dans une scolarité – il y a un trop gros focus sur les grandes entreprises connues et reconnues, et a minima pour pouvoir comparer les offres), je pense qu’il y a tout de même quelques petites choses à savoir, pour le postulant :

  • Comment trouver une startup qui propose des stages ? C’est sûrement la première des questions que me posent les étudiants lorsque j’en croise. En effet, les startups sont un peu moins visibles que les boites plus importantes (ou les SSII !!), notamment sur les gros sites de recrutement type Monster, où les 600 et quelques euros du dépôt de l’offre sont quelque peu rédhibitoires. Il faut donc creuser un peu (tous les stagiaires n’aiment pas trop cela…) mais au final, entre les TechCrunch, FrenchWeb, inscrits à StartInParis (et bientôt StartInLyon), news du journal du net sur les levées de fonds, portefeuille des VCs, concours de startups, … les occasions ne manquent pas de trouver des pistes et d’identifier les quelques boites qui vous font vibrer un minimum (ou les entrepreneurs qui vous inspirent).

 

  • Pourquoi faire un stage dans une start-up ? C’est sûrement la première question que les étudiant(e) devraient se poser. Outre le fait qu’on apprend en accéléré des choses, qu’on a sûrement plus de responsabilités, et par définition où on est plus près de la tête de l’entreprise, faire un stage dans une startup me paraît, à mon sens une bonne façon de savoir si on est fait pour cela ou pas. De manière générale, les stages d’un étudiants devraient être le plus variés possibles, et non pas « monolithiques », pour avoir une chance de croiser (comme ça a été mon cas) la voie qui semble être la bonne.
    Bref, vous êtes jeunes, vous n’avez pas grand chose à perdre, et ce serait vraiment trop bête de ne pas tenter l’expérience. Même mauvaise en apparence, vous en retirerez toujours plein de bonnes choses, et ça se revend très bien derrière !

 

  • Comment postuler, alors ? Bin c’est simple, en « candidature spontanée », mais en ayant travaillé un peu ! Le mieux, c’est un petit mail, personnalisé (pitié, ne sombrez pas dans le syndrôme 222 : sus aux mails avec deux pièces jointes, et deux fôtes en deux phrases) !
    Faites en sorte de faire ressortir votre personnalité dans le mail, enlevez le balai qui pourrait malencontreusement être coincé quelque part, et surtout montrez que vous avez passé quelques minutes à comprendre ce que faisait la startup et pourquoi vous pourriez aider…

 

  • Quelles erreurs à éviter ? Je crois que ce que déteste un créateur d’entreprise, c’est de perdre du temps à lire des candidatures :
    – pas ciblées
    – avec des fôtes (franchement, je relève des perles en ce moment)
    – et qui ne montrent pas que vous avez un minimum compris ce que fait la startup et ce que vous pourriez lui apporter.
    En bref, l’entrepreneur a envie d’avoir un petit coup de coeur, d’être rassuré sur votre côté bosseur, et surtout de voir que vous avez compris dans quoi vous vous embarquez. Et l’entretien est souvent une phase qui lui permet d’affiner un peu ce que vous allez faire…

 

  • C’est quoi une startup ? Si vous vous apprêtez à mettre les pieds dans une startups, potentiellement pour plusieurs mois, autant savoir où vous mettez les pieds. Et suivant vos qualités et votre tempérament, toutes les startups ne se valent pas…
    La startup « très early stage » (non, pas « stage » au sens « stage » – on va pas s’en sortir !!)  : pas de fonds, pas de produit fini, uniquement les fondateurs…  A part pour une étude sociologique (ouvrez grands vos yeux et vos oreilles) sur les fondateurs de startup, ce n’est pas vraiment le meilleur endroit pour un stagiaire, c’est trop tôt et ça peut même être déstructurant pour l’équipe d’associés… Et il faut bien avouer que vous ne ferez pas vraiment des choses méga intéressantes…
    La startup en lancement : le produit arrive, il faut le faire connaître. Souvent dans un incubateur/accélérateur ou en passe de l’être. Peut-être intéressant pour les dév (bons et autonomes, qui aiment tester de nouveaux trucs et pas seulement faire de l’intégration), ou pour un stage en RP (vous allez être obligé de vous sortir les doigts pour faire parler d’un truc dont tout le monde se fout, c’est formateur :).
    La startup « amorcée » : en général produit lancé, un peu de « traction« , des fonds à la banque (premier « petit » tour, ou bourses/aides/subventions)… Pour ceux qui sont les plus « entrepreneurs » parmi les stagiaires (comprenez, créateurs en puissance), c’est là qu’il faut cibler vos candidatures, voire un poil avant.
    La belle startup : une belle levée de fond, au moins 5-6 personnes qui bossent dedans, commence à être bien visible, fondateur(s) qui commence à rentrer dans le costume du chef d’entreprise…
    La petite star : on en parle partout, l’équipe grandit, le chef passe de plus en plus son temps avec la presse, les embauches, et les investisseurs (hééééé oui,on y revient !)… et il y a fort à parier que vous travaillerez plutôt au quotidien avec les équipes (ce qui en soit est aussi intéressant), et vous assisterez à une phase de maturation et de structuration de l’entreprise. Pour la plupart des stagiaires, c’est certainement le meilleur environnement.
    Quoi qu’il en soit, tâchez de comprendre dans quel type de startup vous tombez !

 

  • A quoi s’attendre ? A travailler. Aucune startup n’a réussi sans énormément de travail, quels que soient les mythes que vous avez en tête ! Donc, arriver tôt le matin et partir tard le soir risque de vite devenir une habitude. Non seulement beaucoup de travail, mais on attendra en plus de vous d’être réactif, de savoir vous adapter (en fonction des changements de priorités ou du fameux pivot, qui intervient aussi souvent que les périodes de soldes dans les magasin – il faut bien faire place à la nouvelle mode), on pourra vous demander, en quelques heures, de passer un peu du coq à l’âne. Il y a sûrement plein d’autres choses nécessaires à un bon passage en startup (un peu de curiosité, pas mal d’autonomie, de la personnalité pour ne pas vous laisser bouffer par l’égo du ou des créateurs, d’humour, de « j’aime bien faire la fête et péter un cable de temps à autres »…) mais ce sont ces deux qui me viennent à l’esprit.

 

  • Quelques questions intelligentes à poser… Pas sûr que l’on vous réponde mais on ne sait jamais… Par exemple :
    – concrètement, qu’avez-vous prévu de me faire faire ? de quoi serai-je responsable ?
    – allez, en vrai, c’est quoi les mauvais côtés du job / de l’entreprise (dans le cas où l’entrepreneur fait l’erreur de vous vendre du rêve) ?
    – quelles sont les prochaines étapes de l’entreprise ? Les prochaines milestones ?
    – comment êtes-vous financés ?
    – (si pas encore de clients) avez-vous entamé les discussions avec vos clients avant de lancer le développement du produit ?
    –  avez-vous déjà eu de stagiaires ? comment la relation de travail se passe-t-elle avec eux ?
    –  quelles sont vos « valeurs » principales ? au-delà de votre « métier », quelle est votre mission, votre vision pour cette boîte ? pourquoi est-ce que vous créez ?
    – jusqu’à présent, quelles ont été vos erreurs dans cette aventure ? ou dans une aventure avant ?

Et vous, quel(s) conseil(s) rajouteriez-vous ?

Utilisez les commentaires, allez, pas de timidité ici ! 😉
Et si vous êtes une startup qui cherchez des stagiaires, commentez aussi, il devrait y avoir quelques belles candidatures en perspective :)

29

  1. Un post tres complet qui j’espere suscitera beaucoup d’envie aupres des étudiants ! A diffuser largement dans les bde, master enteprenariat et autres ! Dans « Pourquoi faire un stage dans une start up? » j’ajouterais simplement que l’environnement de travail est 100 fois plus efficace, stimulant, excitant, bouillonnant, les choses vont vite, tous les tenants et aboutissants d’un probleme peuvent etre appréhendés.

  2. Une startup Lyonnaise qui se lance sur le sujet : jobs, stages, alternance et 1er emploi http://www.jobmania.fr/

  3. Une technique efficace pour trouver une stage est de passer directement par les sites web des entreprises.

    On remarque que de plus en plus les grandes entreprises (ou pme/pmi) ont une page web réservée au recrutement avec un « espace stages ».
    Sinon passez directement par le formulaire de contact. 😉

  4. Choisir de faire un stage dans une startup, c’est très risqué mais le rapport « risk/reward » est excellent.

    Quelques pistes supplémentaires pour trouver votre stage en startup:
    – remixjobs.com
    – via les incubateurs (le camping, HEC etc…)
    – en contactant les boites qui vous plaisent via techcrunch, frenchweb & co
    – en développant votre réseau (ne pas hésiter à contacter des « startupers » pour prendre un pot pour qu’ils vous parlent de leur expérience, ils acceptent facilement, vous verrez si ça peut vous plaire et ils connaissent toujours quelqu’un qui recrute.

    By the way, ma boite recrute (profil product manager et communication) mais on peut aussi rajouter une table si perle rare techno). Il s’agit de PrepMyFuture (promo 1 du camping), contactez-moi (achille.pinson@prepmyfuture.com pour plus d’infos).

  5. Un conseil vous parlez le GWT postulez chez KUJJUK!

  6. Zenpark aussi recherche des stagiaires (ou pas…). N’hésitez pas à nous contacter si vous êtes développeur web et/ou .NET, ou avez des affinités avec un poste d’ingénieur d’affaire ou avec le marketing B2C…

    Selon les définitions de Guilhem, nous sommes une « startup en lancement » mais très proche d’une « startup amorcée ».

    Je vous laisse trouver plus d’informations sur nous si vous êtes intéressé :-)

  7. En tout cas une chose est sûre, nous on ne propose pas des stages bullshit.

    http://www.marre-des-stages-de-merde.com ,

    nous vous attendons :-)

  8. Excellent post. En plein dans notre actualité, une fois n’est pas coutume !

    Nous éditons la plateforme sociale Onetous.com et sommes une startup entre la phase « lancement » et « amorcée ». Nous recherchons des stagiaires motivés pour le développement web, le développement mobile et pour les RP/communication.

    Du travail, de la bonne ambiance, et des défis technos. Et en plus, on est dans un petit cadre idyllique, entre lac et montagne.
    Si ça vous tente, vous devriez facilement trouver comment nous joindre. :-)
    A très vite !

    Et merci Guilhem !

  9. Bon article :)
    Une autre méthode que tu ne cites pas (et c’est ce que j’ai fais pour Balloon) : se renseigner sur son réseau d’anciens !
    Je trouve que c’est encore plus intéressant, puisque l’on voit quelqu’un qui a la même formation que soit se lancer. Du coup, ça donne des idées/envies!

    Par contre, qu’est ce qui te dérange dans les 2 pièces jointes…?

  10. Je rebalance illico sur les viadeo et linkedin de mon ancienne école !

  11. Hello Gulhem, excellent article !

    Comment trouver un stage dans une start-up ? Ou comment trouver un stagiaire quand on est une start-up ?

    Et bien je suis obligé de faire un petit post sur Wizbii 😉

    Wizbii est d’abord le réseau social professionnel dédié aux étudiants et jeunes diplômés, mais on a aussi mis en ligne Wizbii-Entreprise pour qu’elles puissent recruter leurs stagiaires et juniors. Avec l’équipe on s’est dit que ce serait chouette de faire une offre gratuite spécialement pour que les jeunes start-up comme nous puissent recruter sans payer. Alors c’est fait !
    C’est par ici que ça se passe http://www.wizbii.com/entreprises 😉 J »espère que vos annonces trouveront les meilleurs talents, en tout cas, je peux déjà vous donner notre constat : aujourd’hui lorsqu’une grande entreprise poste une annonce, elle a régulièrement moins de candidats qu’une jeune start-up sur Paris.

    L’entrepreneuriat est devenu sexy, et en tant qu’entrepreneur, je trouve ça génial de constater cet équilibre. Foncez vivre de belles aventures ! Bon courage, Ben.

  12. Je pense pas qu’il y ait de meilleur ou de moins bon timing pour faire un stage dans une startup. Tout dépend de ce que l’on veut y découvrir, et de la durée du stage! Personnellement, j’aimerais bien construire la startup dès le démarrage, vivre une expérience hors du commun sur laquelle je pourrais m’appuyer par la suite. J’aimerai aussi la voir une fois « amorcée », préparer des levées de fonds etc etc…

    Mieux encore: faire son stage dans sa startup! Mon école a seulement posé une condition: je ne peux pas être maitre de stage et stagiaire en même temps! C’est donc une solution pour les startupers qui se lancent à plusieurs!… Mais c’est génial 😀

  13. Merci Guilhem pour cet article qui incitera je l’espère encore plus d’étudiants à faire le pari du stage en startup.

    Même si Recommerce Solutions commence à s’éloigner de la taille de la start up (nous sommes désormais une petite trentaine au siège), nous en gardons en tout cas pleinement l’esprit et le dynamisme. Nous recherchons activement qq stagiaires sur différents sujets liés à notre thématique Développement Durable de Rachat, Recyclage et Revente de produits électroniques usagés (stages de développeurs, maths financières, marketing, logistique,…).

    N’hésitez pas à consulter nos offres en ligne : http://www.recommerce-solutions.com et notre twitter : @RecommerceFR

    A très bientôt,

    Antoine
    @toniojj

  14. Ton article est très juste ! Et puis comme le veut l’adage de Startup Digest :  » Life is too short to work in a big company  » :-)

  15. Merci pour le post ! Vraiment bien !

  16. On est un certain nombre de l’école Hetic (tech,design,market) à vouloir effectuer un stage à Berlin. Amis berlinois, nous sommes intéressés par votre belle ville.

  17. Merci Guilhem pour cet article.

    Je suis bien d’accord avec toi sur le fait que le timing idéal pour un stagiaire motivé par l’aventure, c’est entre « en lancement » et « amorcée » (c’est d’ailleurs là où on en est avec 109Lab).

    Chez 109Lab, on passe surtout par Remixjobs. Ca ouvre à une grande variété de perspectives / profils. On a fait une belle rencontre l’été dernier via Remixjobs pour nos premiers stagiaires.

    Notre annonce pour cette année :

    https://remixjobs.com/company/109Lab/3320/recrutement-web

    http://www.109lab.com/offre-de-stage-developpeurs-backend-etou-frontend/

    On vous attends !

  18. Bonjour,

    pour les startup berlinoises, il y a de plus en plus de possibilités. De grandes boîtes y sont également installées et postent régulièrement des offres de stage, trainee ou emploi. Jobinberlin.com s’est spécialisé dans les annonces pour francophones à Berlin. Peut-être que cela peut intéresser.

  19. De mon côté, je pense qu’il faudrait aussi convaincre les écoles qu’il est formateur pour les élèves de rejoindre de petites structures. Car au moment de mes recherches de stagiaire / apprenti / contrat pro, je me suis vue rembarrer par MON ancienne école (le comble), qui m’a clairement expliqué qu’elle préférait envoyé ses apprentis au pôle communication de la BNP plutôt qu’en petite agence car la taxe d’apprentissage serait plus élevée… Grosse grosse déception.

    J’ai finalement trouvé une stagiaire dans une autre école, et c’est une perle ! Je culpabilise un peu sur les heures de travail parfois… mais elle fait de la direction artistique, répond à des appels d’offre et apprend 10 fois plus que si elle avait été sous-fiffre d’un DA chez Digitas, Dagobert ou autre équivalent…

    Et non les stagiaires dans les start-up ne sont pas exploités, on récompense le travail effectué avec des primes, des récup’.

  20. Bel article ! Mais je me pose une question…

    Savez-vous si un jeune diplômé d’une double formation (Université de Droit + grande école de commerce) qui a un profil d’abord juridique – et qui a une énorme envie de monter/participer à une start-up – peut trouver sa place dans l’une d’elle ?
    Ce profil peut-il intéresser ?

    PS: si vous ne l’aviez pas remarqué, c’est mon cas 😉

  21. Excellent article, et très encourageant pour ceux qui choisissent cette voie.

    Mon choix d’intégrer une start-up dans le sud de la Chine a toujours l’air de surprendre certains de mes amis : je bosse 60h par semaine et je suis payé 1€ de l’heure, alors que j’ai refusé des stages parisiens très confortables.

    Pourtant à 23 ans, c’est le moment de se faire un peu violence ! Et c’est en sortant de sa zone de confort (grande entreprise avec un joli nom sur le cv, à paname avec 1500€ de rém en césure) qu’on réalise que le travail dans une petite structure est absolument passionnant, mille fois plus formateur, et qu’on a autant de responsabilité qu’on en demande et qu’on se sent capable d’en assumer. La marge de manoeuvre est énorme, et collaborer étroitement avec l’entrepreneur himself est absolument royal pour avoir une vision complète des problématiques managériales et entrepreneuriales.

    Heureusement que des entrepreneurs blogueurs comme toi rappellent aux étudiants l’intérêt de se bouger un peu le c** et de sortir des sentiers battus

    A+

  22. Je ne suis pas vraiment d’accord sur le « vous ne ferez pas vraiment des choses méga intéressantes… » dans une startup « très early stage ».

    Si le ou les fondateurs sont competents et ont une bonne vision, les possibilites sont nombreuses et des pans entiers de business plan peuvent etre donnes au stagiaire.
    Dans l’exemple d’une equipe qui lance un site d’e-commerce, on peut facilement imaginer que le stagiaire va designer le plan marketing, l’offre en termes de livraison, la selection de l’agence de webdesign, une partie de la logistique, etc…
    Autant de choses qui lui permettent de mettre les mains dedans, tout en etant supervise et soutenu par des fondateurs experimentes..

    « Rien d’interessant », je ne vois pas franchement.

  23. Article tres intéréssant! en tout cas, je suis très motivé pour faire mon stage de fin d’étude au sein d’une startup et pourquoi pas me lancer par la suite dans une aventure de ce type; Business: no talk, all action:)

  24. Bonjour Guilhem, merci pour ce bel article. J’ai moi même effectué des stages en startup (bon, plutôt des grosses startups mais qui ont su en garder l’esprit !) avant de lancer moi même ma startup.

    Je recherche d’ailleurs un(e) stagiaire en communication. Plus d’infos ici : http://www.wizbii.com/jobs/view/1490818.

  25. Merci pour ces conseils trés avisés. C’est clair qu’intégrer une start up meme si c’est pour un stage ca vaut le coup. Vu l’allure à laquelle ce type de boite grandit, ca ouvre forcément des possibilités en terme d’embauche. C’est vraiment une piste à creuser!

  26. Bonjour à tous,

    merci Guilhem pour cet article complet. À transférer sans modération.
    Je profite de ce billet pour parler de mon nouveau projet. Après avoir fait des stages en audit puis conseil en stratégie, j’ai terminé mes études avec un stage en startup et ça a été une révélation. Comme quoi, tout ce blabla a bien du sens.

    J’ai récemment lancé un site d’offre d’emploi dédié aux métiers du numérique et de l’innovation –> http://azertyjobs.com/

    Il y a essentiellement des offres de startups et beaucoup valent le coup d’oeil. N’hésitez pas à y faire un tour et me dire ce que vous en pensez.

    Merci encore pour l’article !

  27. Simon Bénard

    4 juillet 2014 at 23:24

    Bonsoir à tous,

    Je viens de tomber sur cet article, en lisant le dernier billet de Guilhem sur la question du recrutement (très bon billet au passage !).

    Je voulais ici mettre en avant un programme très intéressant, qui peut bénéficier à tout entrepreneur ou futur stagiaire : il s´agit du programme « Erasmus pour Jeunes Entrepreneurs » (http://www.erasmus-entrepreneurs.eu/). Dans toute l´Europe, il met en relation des entrepreneurs « confirmés » et des plus jeunes, désireux de créer leur propre entreprise, dans un esprit de mentoring. Il peut être aussi très utile, lorsque vous souhaitez vous lancer sur un nouveau marché européen.

    Grâce à ce programme, je suis actuellement en Angleterre. Je débroussaille le marché français pour ma startup d´accueil et me suis fait pas mal de contact dans le secteur dans lequel je souhaite créer mon entreprise.

    Gros plus du programme, le soutien financier apporté par la commission européenne au jeune entrepreneur, le fait que ce soit absolument gratuit pour l´entreprise d´accueil (après, vous pouvez toujours indemniser un peu plus votre stagiaire…) et que le temps d´attente entre mise en relation et l´arrivée du stagiaire soit généralement assez court.

    Si certains ont des questions sur le programme, n´hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑