Le Business-Plan #10 : l’analyse des risques

Vous pouvez maintenant télécharger mon ebook business-plan !

[Retrouvez ici le sommaire des 9 premières parties de cette série consacrée au Business-Plan.]

Tiens, ce serait risqué de créer une entreprise ? Même si l’on vient de passer 20 pages à expliquer pourquoi tout est bon dans le cochon projet que l’on souhaite monter, il est nécessaire, un peu avant la conclusion de montrer que l’on est très lucide et que la création comporte bien des risques : c’est tout l’intérêt de cette « analyse des risques« .

Prendre les devants…

L’idée est ici de montrer que l’on est conscient des problèmes que l’on risque de rencontrer et surtout que l’on a déjà prévu des réponses – ou en tout cas que l’on saura réagir si l’événement tant craint se produit. Finalement, vous ne devez pas vous montrer naïvement sur-positif, cela ferait fuire tout le monde. Et puis, de mettre noir sur blanc les risques potentiels ou les objections fréquentes coupe un peu l’herbe sous le pied des contradicteurs. Vous déplacez donc la question de « que faites-vous si ? » à « la solutions que vous avez envisagée est-elle la meilleure ? », ce qui est à la fois beaucoup plus agréable et constructif.

Mais alors, de quels types de risques parle-t-on ?

Par essence, tout peut foirer dans une création d’entreprise, et de nombreux facteurs de risques sont liés à la nature et au secteur mêmes du projet. Néanmoins, on peut repérer certains risques « classiques », à vous de faire votre choix :

  • les risques liés à la concurrence : de gros acteurs déjà présents qui pourraient se mettre rapidement à copier votre innovation, de nouveaux entrants sur le marché vous rendant la tâche de différenciation difficile, …
  • Les risques liés à la réglementation : nouvelle loi pas encore en vigueur ou mal maîtrisée, à l’inverse possibilité d’un changement futur de loi, activité « border-line » demandant d’être très prudent sur les aspects juridiques, …
  • Les risques technologiques : utilisation d’une technologie pas encore éprouvée, ou en passe d’être dépassée, problèmes de propriété intellectuelle, facilité à être copié…
  • Les risques humains : équipe pas assez complète, trop complète et avec des profils similaires, projet reposant en grande partie sur une ressource humaine rare ou en pénurie, problématiques sociales, …
  • Les risques liés à la taille du projet : nécessité d’atteindre une taille critique, importance des fonds à engager et lourds investissements, nécessité d’être en situation de monopole temporaire, internationalisation rapide, économies d’échelle difficiles à réaliser, difficulté à industrialiser les processus, complexité de maillage du territoire, …
  • Les risques commerciaux : longueur du délai de prise de décision chez le client, complexité de l’organisation interne des clients, …
  • Les risques liés au secteur d’activité : grandes évolutions, pression internationale, vous êtes là mieux placés que moi pour savoir cela sur votre projet…

Une liste, mais pas seulement…

Une chose intéressante à faire ici est de ne pas s’arrêter à simplement lister les 4 ou 5 grands risques (pas plus, la liste ne doit pas être non plus rédhibitoire, hein !), mais de leur donner du sens. Vous pouvez pour cela « noter » vos risques, sur deux dimensions : la probabailité que cela arrive, et la gravité que cela aurait pour vous. Vous allez voir, c’est intéressant à faire comme démarche, et en plus cela vous montre clairement les priorités pour vous !

Ne pas voir que le risque, mais surtout les opportunités que cela apporte…

Alors s’il est important de se montrer lucide quant aux risques liés à votre projet, cela l’est tout autant de se montrer fort sur les réponses apportées. Les termes à employer ici sont notamment ceux d’innovation, de niche, de communication décalée, de rapidité d’exécution, de lobbying, de low-cost… bref tout ce qui vous donne soit un avantage, soit prévient du risque lorsqu’il arrivera.

Au final, soyez donc lucides, mais prévoyants : sachez ce à quoi vous devez vous attendre et ayez déjà un plan pour contre-attaquer, ou mieux, pour prendre les devants. Mieux vaut prévenir que guérir !

[ Photos Flickr : Ann Douglas & {platinum} ]

> Revenir à la partie 9 : Les prévisions financières
> Passer à la partie 11 : Rédiger un Executive Summary

2

  1. merci vos infos m’apportent beaucoup car j’aimerais plus tard me spécialiser en finance plus précisément en analyse crédit.

  2. il manque les risques financiers : endettement, poids des frais fi,

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑