95 erreurs à ne pas commettre au moment de faire une campagne d’emailing

Aujourd’hui, on ne va pas sortir le fouet comme pour la Community Manager de chez nos amis de F***** Off*****, mais c’est bien parce que c’est presque les vacances :)

J’ai reçu hier cet email, que je considère comme l’un des plus mauvais en terme de démarchage par email, je pense qu’il passe tout près de la catégorisation en Scam Nigérian voulant vous faire accepter 3,8 millions d’euros suite à un héritage d’un grand papa ministre là-bas.

Je vous le laisse découvrir :

101-erreurs-emailing

 

Passons sur le design digne d’un CM2 découvrant les cliparts sous Word97 (les zéros des 3000000 d’adresses sont-ils bien des lettre « O » ??? Des lettrines, vraiment ?), et concentrons-nous un peu sur le fond :

  • Il faut un peu d’adéquation entre son propre métier et sa propre communication – j’aurais réfléchi à deux fois avant d’envoyer une bouse pareille (à 3000000 de personnes ?) si mon job consiste à aider les autres à développer leur activité sur le net grâce à de l’emailing…
  • Il n’y a aucun ciblage, aucune adaptation du discours
  • Il n’y a pas DE P*T**N de bouton d’action, même pas un lien, non mais allo quoi, il faut appeler un numéro (en plus en 02, genre un truc dans le nord !)
  • C’est pas double Opt-In, loin s’en faut : clairement je n’ai jamais donné mon accord pour recevoir ce genre de blagues, et en plus il faut que je réponde pour me désabonner
  • Pas de contact, pas de nom d’entreprise, …
  • Oh, drôle, pour encore plus d’impact au message, pourquoi ne pas utiliser une adresse avec : un point, un tiret, un underscore, une suite de chiffres aléatoires, et bien sûr, combo-fatality-suprême, une adresse en @sfr !
  • « Pour développer votre activité  INTERNET » est je pense à mettre au palmarès du plus pauvre copywriting de l’année 1997
  • L’action « pour la réalisation de vos offres de A à Z » est la même que pour se désabonner, il suffit de répondre à l’email :)
  • L’envoi à 23h38 est bien senti

Allez, je vous en laisse quelques unes en commentaires, mais en cherchant et en taclant un peu la forme, on devrait bien en trouver quelques dizaines de plus, des erreurs…

Et parce que tout ça ne se veut que pédagogique, voilà quand même quelques conseils si vous êtes en train de plancher sur vos campagnes emails (ce qui est souvent, en-dehors du e-commerce, un levier que l’on oublie dans les plans marketing) :

[arrowlist]

  • Soignez un peu la forme, il y a maintenant plein de templates d’emails et de newsletters très très bien à mettre en concordance avec vos chartes graphiques et logo
  • On reçoit tous vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup de mails tout le temps, autant essayer de parler vrai et de ne pas faire que de la pub (surtout en b2b)
  • Un mail « commercial » sans Call to Action (aka un gros bouton vert), c’est mal
  • Pitié, soignez le copywriting, faites un effort sur le langage, la ponctuation, tout ça tout ça
  • Testez, notamment en A/B, sur un échantillon et améliorez vos discours au fur et à mesure des envois
  • Ne faites jamais d’optout et ne flinguez jamais sur des bases pour lesquelles vous n’êtes pas sûr de la provenance au risque de vous retrouver dans des articles comme celui-ci :)

[/arrowlist]

Et vous, c’est quoi vos conseils pour de l’emailing ?

8

  1. Il est clair que cet email est un spam, soit pour vérifier que votre adresse e-mail est bien valide si vous y répondez et vous spamer d’avantage, soit pour récupérer de l’argent avec un numéro surtaxé. Malheureusement, quand on y réfléchit, c’est plutôt bien pensé. Un design pourri qui ne paye pas de mine est la meilleure solution pour vous piéger.

    Quelques conseils supplémentaires à ceux de Guilhem :

    En amont, et on l’oublie souvent :
    – « De : » Utiliser un nom fictif de préférence celui d’une dame ^^, du style : Alexandra de [nom de votre boite]
    – « Objet » : Très important car c’est lui qui va décider le prospect à l’ouvrir. Donc il doit-être concis, intriguant et surtout percutant ! Une question peut faire un bon objet. Attention à ne pas utiliser trop de caractères spéciaux (ex : « à », « é », « ù » etc…) pour un affichage optimal et aux mots qui pourraient être black listés pour éviter la mise en spam.
    – Idem pour votre adresse email, elle doit-être propre : alexandra@votrevoite.com

    Pour un rendu impecable et professionnel :
    – L’email doit-être créé en HTML et envoyé via un logiciel (avec votre base) ou un adserveur (si vous passez par un prestataire) :
    – L’email doit comporter 50% d’images et 50% de textes
    – La largeur ne doit pas dépasser 600px et attention à ce qu’il ne soit pas trop haut.
    – Le code html doit-être propre pour éviter le passage en spam (mais je ne dévolerais pas mes secrets professionnels ;p).
    – Certaines boites mails n’affichent pas les images avant que vous confirmiez. Il faut donc renseigner les « Alt » des images pour que les textes apparaissent faute d’image.
    – Taguez vos liens pour connaitre l’impact. Un prestataire le fait systématiquement avec un adserveur, mais si vous l’envoyez vous même, vous pouvez toujours utiliser des sites comme Bitly qui vous permettront de stater les clics etc…
    – Ne mettez pas des liens en brut, comme ça par exemple :
    http://www.guilhembertholet.com/blog/2013/07/04/95-erreurs-a-ne-pas-commettre-au-moment-de-faire-une-campagne-demailing/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+GuilhemBertholet+%28Guilhem+Bertholet%29
    Cela fait peur et ne donne pas du tout envie. Mettez les directement sur une image (call to action).

    Voilà, même si il existe encore bcp de points à respecter, j’espère que ça aidera !
    Bravo Guillhem pour ce billet !

    ++ Xav

  2. Bonjour Guilhem, mon conseil pour de l’emailing : utiliser Mailjet 😉

  3. merci pour cet article j’ai bien rigolé 😉
    alors je reçois de plus en plus de mail de ce type et encore là il y a une mise en forme avec des couleurs, mais j’en ai beaucoup avec juste une ou 2 phrases … c’est vraiment du spam pour vérifier que l’adresse est valide

    pour les conseils, je rajouterai des conseils mais d’ordre techniques, car le principal a été dit :
    – Doctype (ou même valide w3c pour être tranquille)
    – Ratio entre texte et image

    et puis surtout, une pub accrocheuse (slogan, texte, images, couleurs …) et une cohérence entre la cible et le produit (c’est bien beau d’arroser tout le monde …)

  4. Hello, toujours bon ces petites piqures de rappels 😉 merci guilhem et merci xav pour tous les ajouts de conseils…

    Guilhem ? A quand la suite promise de l’article sur les agences vs dev associés vs Mvp ? Avant tes vacances (si t’en prends) ? Dans le même esprit, t’avais pas promis que tu ferais un bilan sur l’annee business ecoulee et notamment le plantage d’un de tes projets (ou alors je n’ai pas bien compris)… Ton retour d’experience serait surement un must read en la matiere… Un peu comme l’etait le temoignage d’alexis de vervelle suite a son aventure dans les coffrets cadeaux et sa levee de fond….

    Renaud, un fidele lecteur impatient 😉

  5. Hahaha, pas mal du tout ! Le ton de l’article est bien acerbe, juste ce qu’il faut 😉
    En effet, c’est lamentable de voir un email aussi peu professionnel… Pour ce qui est des conseils, je dirais qu’il est toujours important de faire attention au nom et à l’adresse de l’expéditeur histoire de pas passer pour un spammeur…

  6. Je serai curieux de savoir quelle est cette société non pas pour son utilisation d’une base email B2C optout mais parce qu’elle a visiblement voyagé dans le temps ! Venant surement tout droit des années 2000 pour envoyer un tel email marketing HA HA HA

  7. Comment dire …. pertinent cet article et dans le bon timing car je suis arrivé à la même conclusion au sujet de mon début de campagne ;)) Bon je vais pas m’étaler plus, j’ai trop honte maintenant.

    En passant j’ai lu avec avidité votre article au sujet de votre décision de mettre fin à votre startup (oui je suis un peu has been mais promis, je vous follow asap). Impressionnant cette méthodo que vous avez développé pour détecter the filon. Et j’adore l’idée de la Cochon-Box (avec fromage en prime, en période de Beaujolais nouveau, succès assuré), l’équivalent français du ploughman’s lunch anglais.
    Sur le fond, je me demande (c’est un peu ce que j’ai connu par deux fois) si le souci majeur de celui qui veut créer n’est pas de trouver les « bons » associés. Il me semble que dans la monde anglophone commence à apparaître des sortes de places de marché où il est possible de chercher un associé (ou à l’inverse postuler pour l’être). Savez-vous s’il y a des équivalents en France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑