Ma meilleure erreur de création d’entreprise

Encore une fois, c’est suite à une discussion puis à une idée lancée en l’air sur Twitter que ce post doit son existence. J’avais déjà commis ce post (Vive l’échec – n’hésitez pas à y adhérer 😉 ), mais croyant vraiment dans les vertus de la reconnaissance de ses erreurs, j’avais envie d’aller plus loin.

Voilà donc une « chaîne » de posts qui commence, et qui ira assez loin je l’espère. Le principe : reconnaître une erreur business qu’on a faite (grosse ou petite, d’ailleurs), et qui nous a marqué au point d’en retirer des choses pour la suite, et prendre ses décisions en fonction de son expérience passée. Et il s’agit d’une chaîne puisque je passerai le flambeau à 2 blogueurs-entrepreneurs qui devront partager leur propre « meilleure erreur » (et passer le flambeau à leur tour à 1 ou 2 personnes :) ). So, let’s go!

1. Mise en contexte

Ma « meilleure erreur » de création d’entreprise, je l’ai commise plusieurs fois, preuve qu’on n’apprend pas toujours aussi vite qu’on le voudrait. Et à chaque fois, elle a concerné le fait de s’associer avec quelqu’un. En fait, la vraie erreur, c’est de ne pas réunir autour de la table les bonnes compétences et les bonnes façons de travailler.

Je m’explique. Dans ma première création d’entreprise, Methodia, on est deux associés, même profil, deux égos bien chargés, on a une vision trop divergente, on se tape sur le système, et finalement, après une petite escalade on se sépare, et je revends mes parts au fond qui rentre à ce moment-là.

Dans la seconde, dans la foulée, je pars seul, certes adossé à une entreprise déjà existante, mais seul au quotidien. Au moins, je ne m’engueule pas avec moi-même, et j’ai à peu près une seule vision. Mais résultat, j’arrête, et je passe à autre chose.

2. Ce que j’en ai appris

Dans les deux cas, j’ai été confronté à la même erreur : la gestion d’une équipe d’associés suit des règles qu’il faut se tâcher de respecter. Pour moi, ça ne fonctionne que si :

  • on est complémentaire et qu’on se respecte vraiment
  • on communique tout le temps, en arrivant à se dire les choses directement, franchement, et qu’on est prêt à l’entendre
  • on est aligné sur la vision et qu’on connaît ses forces et ses faiblesses
  • il y a un chef

Avec le temps, j’ai appris à mieux me connaître, à piquer à droite et à gauche les bonnes pratiques et bonnes méthodes, en posant la question à des équipes qui semblent saines sur la durée, et j’ai compris l’importance de la communication. C’est là toute la clé, vraiment, on ne communique jamais assez avec ses associés.

3. A qui je refile la patate chaude ?

Hey, les amis Gilles Poupardin et Laurent Kretz : c’est à vous de nous parler de votre meilleure erreur de création d’entreprise !!

8

  1. Intéressant comme sujet Guilhem !
    Ma grosse erreur, lors de la création de ma 1ère entreprise, ce fut de me lancer n’importe comment: sans étude de marché, sans business model, en sous-estimant les compétences nécessaires,… bref, la totale !
    Il s’agissait de lancer une entreprise de maintenance informatique à domicile à Lyon.
    Malgré ces erreurs, et la fermeture de la boite même pas 6 mois après, j’ai appris beaucoup de choses !

  2. sans erreur on n’avance pas ! Concernant l’association, j’ai tenté plusieurs fois sans jamais mener à bien l’expérience et j’en ai souvent entendu de mauvais retours.

  3. Très bon article. Il faut savoir mettre à plat ses erreurs, se remettre en question.

    Je l’ai fait il y a quelques mois ici:
    http://laurentk.posterous.com/my-first-startup-a-happy-failure-story

  4. Je crois qu’effectivement le fond est là : un chef et une vision des choses partagée (aussi bien sur les buts que sur le fait de partager donc communiquer).

  5. Contrairement à Rémy, mon erreur fut d’avoir trop fait confiance aux études marketing. Certes, la demande de vin sur internet est en hausse, il y a une vraie demande. Certes, les consommateurs recherchent de l’authentique, du terroir, des petits producteurs.
    Mais parfois il faut aller au dela de la logique…
    Et la vente en ligne de vins de petits producteurs est complexe car les consommateurs font moins confiance aux petits domaines qu’aux grands.

  6. Michel Pigassou

    25 octobre 2010 at 9:12

    Bonjour. Ce billet est très intéressant, ainsi que celui de Laurent ! Merci.

  7. Une super idée que cette chaine ! Je n’ai pas l’habitude de poster un commentaire juste pour le plaisir de dire que le billet est intéressant, mais là je fais une exception.
    J’espère que beaucoup d’entrepreneurs joueront le jeu

  8. J’ai trouvé très interessant le theme. Moi mon erreur que j’ai fait lorsque je me suis lancé pied et poings dans un projet apres la fac etait d’avoir que fait confiance a l’idée sans rien batir au tour coe business model tenant compte des realités environnantes etc… Et l’idée n’a jamais vu le jour.

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑