Choisir une banque : les critères à retenir

Choisir une banque pour sa création d'entreprise

Il y a peu de passage aussi obligé pour un créateur d’entreprise que celui chez le banquier. Et ce qui devrait être relativement aisé (ouvrir un compte pour y mettre de l’argent dessus) tourne parfois à une bonne prise de tête pour l’entrepreneur en question. Et force est de constater que les relations avant la création puis souvent ensuite entre le créateur et son banquier ne sont pas toujours au beau fixe.

Nous poursuivons donc aujourd’hui notre série sur les Banques et les Entrepreneurs, avec une liste des critères à regarder absolument au moment d’en choisir une. Cet article est entièrement rédigé grâce aux réponses au questionnaire lancé avant l’été.

Car, même si ce n’est pas toujours évident, c’est à l’entrepreneur de choisir son banquier, le banquier est un fournisseur à défaut de vouloir être un partenaire de la croissance de l’entreprise. Il n’y a qu’à regarder le comportement trop « commercial » décrit par la plupart des répondants pour s’en convaincre.

Alors, si vous êtes dans cette phase de recherche d’établissement bancaire, voilà le top des critères à regarder… et à mettre en concurrence !

Une banque qui réponde à VOS besoins.

Avant d’aller voir son banquier, il est en effet de bon ton de savoir plus ou moins de quoi l’entreprise risque d’avoir besoin et de hiérarchiser ces besoins. Cela jouera sur le package nécessaire. Mais cela va au-delà de la simple préparation :

  • Le conseiller que vous avez en face de vous doit s’intéresser à votre business et chercher à en comprendre les particularités pour adapter une offre, et non pas sortir le truc totalement basique, avec juste l’idée de passer plus vite au client suivant. Surtout pour une première rencontre, le banquier ne doit rien proposer avant que vous ayez eu le temps de raconter toute votre histoire. Warning donc s’il a tendance à prendre des raccourcis…
  • Il ne faut jamais oublier non plus que le banquier est payé en fonction de ce qu’il vend (dans l’énorme majorité des banques). Il aura parfois tendance, voyant un entrepreneur un peu tendre, à vous filer ce qui l’arrange LUI (comme par exemple les chèques de banques liés au package, une carte un peu plus grosse, une assurance des moyens de paiement, …). Remettez donc tout en question PAR RAPPORT A VOTRE BUSINESS.

Un banquier plus qu’une banque ?

En fonction du relationnel que l’on a avec son conseiller, l’expérience peut être très différente… Et c’est donc presque plus le banquier que vous choisissez, que la banque.

Seul problème, les banques ont tendance à faire « tourner » leurs conseillers beaucoup plus que de raison. L’un d’entre vous mentionne même 7 conseillers en 2 ans, avec quelques graves manquements dans la transmission des dossiers de l’un à l’autre, qui ont failli coûter très cher à l’entreprise naissante…

N’hésitez donc pas à demander à votre conseiller combien de temps en moyenne il reste sur son poste, s’il y a d’autres conseillers « entreprise » dans cette banque (ce qui réduit le risque de mauvaise transmission des dossiers) et aussi depuis combien de temps il est sur CE poste. Ce serait dommage, comme cela m’est arrivé, d’avoir un conseiller génial. Pour 7 semaines seulement.

Un autre élément intéressant pour voir l’implication d’un conseiller entreprise (vérifiez d’ailleurs bien qu’il ne fait pas de comptes « personnels », voire même choisissez une agence 100% professionnels), est de lui demander combien de dossiers il traite en même temps.

J’aime également bien lui demander s’il a suivi d’autres créations d’entreprise, et s’il est capable de dire ce qui fait que ça se passe bien ou mal (et de donner des exemples) avec les créateurs dans les 2-3 premières années. En bref, savoir s’il a une réelle envie de suivre les boites de son portefeuille (et qu’il s’y intéresse vraiment) ou s’il attend sa prochaine mutation avec impatience…

Une banque qui colle au rythme de l’entrepreneur.

Le monde bancaire ressemble parfois, vu du dehors, à une administration, avec ses horaires d’ouverture, ses congés, ses procédures et parfois aussi son rythme et sa réactivité. Hors, pour un entrepreneur, la rapidité est parfois plus importante que tout, même s’il peut se passer des semaines entièrement creuses.

Pouvoir avoir son conseiller en ligne directement (pas derrière un 0 820), échanger directement avec lui par mail, avoir un accès en ligne pour les actions simples ou classiques, passer des ordres par mail ou fax… voilà quelques unes des choses qui peuvent être d’une grande importance pour le créateur.

Un prix adapté au service…

Tous les répondants à ma petite enquête ont parlé du prix : il faut évidemment que celui-ci soit bas dans les premiers mois d’activité, certains évoquent même une gratuité pour 6 ou 12 mois de certains des services. Négocier à votre tour de tels avantages est un bon test pour voir si votre conseiller a envie de vous ou s’il joue le court terme uniquement.

Evidemment, pour ceux qui sont en position plus désavantageuse (demande de prêt pour du financement lourd, notamment, ou situation personnelle délicate) auront moins loisir à négociation, mais il faut toujours chercher à faire baisser le prix et à en avoir plus : vous montrez ainsi que vous êtes dans la posture du chef d’entreprise.

Un prix adapté, c’est aussi un prix que vous comprenez… et si vous cherchez à comparer plusieurs banques, vous verrez que ce n’est vraiment pas si aisé que cela ! Dans le doute, choisissez toujours un tarif que vous comprenez, et qui ne vous semble pas vous engager sur des choses variables (que vous risqueriez d’oublier ensuite).

Méfiez-vous également des packs tout compris (que les banquiers cherchent à pousser) et qui regorgent vraiment de services que vous n’utiliserez jamais. Là encore, servez-vous en pour négocier et montrer au banquier qu’il doit faire un peu plus d’efforts pour bien comprendre votre business.

En  cas de doute, préférez la banque qui vous semble la plus juste même si quelques dizaines d’euros peuvent s’ajouter à la note finale. Dans tous les cas, gardez bien cela en tête : les banques dépensent énormément d’argent pour attirer les nouveaux clients, et si vous présentez bien votre projet, VOUS avez une marge de négociation. Alors mettez les banques en concurrence et jouez la carte du long terme : vous avez juste besoin d’un coup de pouce pour vous lancer !

.

En attendant la troisième partie de ce sujet, vous pouvez noter les banques avec qui vous avez eu à interagir.

2

  1. j’aime bien l’idée du conseiller qui n’est pas le seul à faire de l’entreprise dans l’agence ou qui ne fait que de l’entreprise.
    Je me souviens d’un directeur d’agence au Credit du Nord qui m’avait débrouillé un projet d’investissement à la vitesse de la lumière quand les autres banques étaient encore à m’ennuyer avec des questions basiques.
    Quand il est parti, et bien le vide sidéral. Personne au niveau, pas de successeur digne de ce nom.
    A posteriori, je n’aurai pas pu faire autrement, le timing etait trop court, mais je retiens la leçon

  2. Bonjour Guilhem,
    je retombe sur ce vieux billet en cherchant un comparatif de services bancaires.
    Pour être très concret, j’ai des déceptions avec le Crédit Mutuel, mon conseiller est très sympa, mais des services en ligne basiques manquent:
    – recevoir nos factures par email plutôt qu’imprimées: impossible
    – avoir en ligne un récapitulatif de nos factures: pas dispo
    – recevoir une notification quand nous recevons un virement: impossible, mais peut-être bientôt avec une option payante.
    – avoir en ligne un historique des mouvements sur le compte bancaire au delà des deux derniers mois: impossible
    – accessoirement recevoir des emails avec un design simple qui n’arrive pas tout cassé dans ma boîte mail: impossible.

    Bref, je cherche une banque qui me donne accès à mes données. et sait m’envoyer des emails utiles et propres.

Les commentaires sont fermés.

© 2018 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑