Monter sa boîte en conservant son job ?

Je rencontre fréquemment des entrepreneurs qui ont fait le choix de conserver leur travail journalier pendant le lancement de leur entreprise (d’autres choisissent de quitter leur job). Si certains conçoivent le montage de l’entreprise comme un plus et ont bien en tête de rester dans leur job quoi qu’il arrive, la plupart le font plutôt par nécessité, ne pouvant se permettre de ne pas gagner d’argent pendant les 12 à 36 mois que cela prend en règle générale pour commencer à se payer dans un projet. Petit retour sur cette pratique…

Se lancer en réduisant le risque…

Ce choix a donc pour but premier d’assurer la transition la plus douce possible entre les deux statuts, salarié et patron de sa propre entreprise. Mais il relève aussi d’une volonté de réduire le risque afférent à tout projet de création. On se dit ainsi : « Je commence, et si ça marche je quitterai mon travail pour me consacrer à plein temps à mon projet ».

L’explosion des services Internet permettant, à presque aucun frais, de lancer quelque chose (ebay, affiliation, …) conjugué maintenant au statut de l’autoentrepreneur, a bien accéléré le mouvement, et avoir un « side project » est presque devenu une mode. En témoignent les plus de 60000 sites de e-commerce existant à ce jour : il se crée plus d’un site par heure en France. Je pense que l’on remplirait une salle sans problème si l’on lançait une formation pour « auto-entrepreneur salarié » à la Défense…

Mais parfois au détriment du projet !

Le mouvement est donc bien là, implacable et qui va s’inscrire dans la durée. Mais est-ce que cela fait pour autant des projets qui se développent ? Car finalement le « provisoire » a tendance à se transformer en permanent, et ce pour plein de très bonnes raisons :

  • avec un matelas financier assuré chaque mois, on a moins « faim » pour rapidement trouver l’équilibre
  • difficile d’être à l’écoute de ses clients lorsque l’on ne peut travailler sur son projet que le week-end ou le soir
  • ralentissement du rythme de développement du projet, qui peut signer son arrêt de mort sur des niches un peu compétitives
  • augmentation du stress lié à une double vie professionnelle
  • difficulté pour vos clients de vous prendre au sérieux s’ils savent que vous avez un emploi à temps plein en parallèle…

Une phase temporaire ?

On voit bien que le système a des limites, même si certains s’en tirent parfaitement et finissent par se lancer dans le grand bain. D’autres le vivent très bien également en restant dans leur job, qui leur plaît plus ou moins, qui les nourrit, et s’éclatent dans leur petite boîte. Créer une entreprise est presque pour eux un loisir. D’autres échouent. Finalement, le plus important, c’est bien de tenter, d’apprendre, de prendre du plaisir et de tenter (mieux) la fois suivante !

Et vous, vous êtes plutôt du style à tout plaquer ou à feinter votre employeur ?

11

  1. L’avènement de l’internet et du travail à distance est une chance unique. On peut maintenant lancer une boite en étant salarié ! Essayez de lancer une usine tout en faisant les 3×8 pour un patron … :)

  2. C’est sûr qu’Internet + 35h + auto-entrepreneur, ça crée des opportunités !

    D’ailleurs, je connais même des entrepreneurs qui créent une petite danseuse en plus de leur boite principale :)

    😀

  3. Je suis dans le cas de l’auto-entrepreneur salarié, sur le point de lancer mon projet (avant la fin du mois si tout va bien)

    Je dois avouer que je n’ai qu’une envie, quitter mon boulot pour pouvoir me consacrer exclusivement à mon entreprise, mais effectivement la feuille de paye à la fin du mois est un confort qu’il est très difficile de sacrifier (et on a tendance à repousser au plus tard).

    Mais à la vue des mes petites nuits et de mon double stress actuel, je pense que cette position n’est pas tenable sur le moyen et long terme, tout au moins pour l’expérience que j’en ai.

  4. « D’autres le vivent très bien également en restant dans leur job, qui leur plaît plus ou moins, qui les nourrit, et s’éclatent dans leur petite boîte. Créer une entreprise est presque pour eux un loisir. »

    Amusant, je me retrouve à 100% dans ce commentaire…c’est exactement ma situation résumée mot à mot dans ces quelques lignes.
    Dans mon cas, il y a aussi le but de transformer en exercice pratique toutes mes connaissances, expériences, idées dans un cas concret.

  5. j’ai voulu monter ma boite sans intermitence avec un job … grosse erreur.
    pas de salaire, trop de stress.

    je reviens donc à la case départ, trouver un job.

    et là, galère, il faut « cacher » aux employeurs notre ambitions car ils ne vont pas s’aventurer avec quelqu’un qui les lâchera dans quelques temps …

  6. Que pensez-vous alors de passer aux 4/5eme ou de négocier un mis-temps si possible?
    Cela permet d’assurer des revenues le temps de trouver un certain équilibre financier qui permettrait à son tour de se lancer à temps plein.

  7. On peut très bien monter son entreprise sans risque financier et en conservant son job jusqu’à ce que l’objectif soit atteint. C’est exactement ce que je fais d’ailleurs ! Motivation motivation ! C’est ça la clé du succès !

  8. Bonjour à tous,
    la rupture conventionnelle vous permet de mettre un terme à l’emploi qui vous lie ) votre employeur de manière amiable. Vous ouvrez jusqu’à 24 mois de couverture Assedics. Des droits que vous pouvez utiliser à 25% immédiatement et 25% 6 mois après création, le tout étant injectable en capital social. Vous serez de plus, comme porteur d’un projet de création d’entreprise dispensés du devoir de recherche d’un nouvel emploi (puisque vous êtes en train de le construire).
    Le système est plutôt très favorable à l’initiative entrepreneuriale.
    Bien d’autres possibilités encore si vous êtes JEI…
    @ bientôt
    TF

  9. Bon sujet, merci d’en parler ! il n’est vraiment pas évident de se lancer directement, et souvent ceux qui nous le reprochent sont supportés familialement ou rentiers !
    Je pense pour ma part que le cheminement le + logique serait :
    => Auto Entrepreneur/Portage
    => 1 an de mise en place , de tests etc ..
    => si on gagne l’équivalent de son salaire au bout de cette année, se jeter dans le « grand » bain avec le congé de création ou a mi-temps (ou congé sans solde) et après on devrait avoir mis le maximum de chances de son côté !
    [Guilhem, est-ce que l’adresse mail du blog (mail@guilhembertholet.com) est fonctionnelle ? merci]

    • Hello, Oui, l’adresse du blog est toujours fonctionnelle – et j’y reçois beaucoup de messages – peut-être le tien s’est-il égaré ? (ou mon anti-spam est trop méchant…)

  10. C’est sur qu’ avoir un revenu assuré peut aider au départ !

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑