On ne fait jamais bonne impression la première fois

Je partage avec vous quelque chose dont je me rends compte, jour après jour, et qui casse un peu l’adage selon lequel « on n’a pas l’occasion de faire deux fois première bonne impression ». On pourrait penser que c’est particulièrement vrai en entrepreneuriat, où lorsque l’on se lance, provoquer les rencontres est primordial, mais assez compliqué. Et que donc lorsque l’on rencontre un banquier, un prospect, un potentiel associé… il ne faut surtout pas se louper…

Faire bonne impression, c’est dans la durée, et parfois sur des petites choses très subtiles…

Si cette situation a l’avantage de pousser à un peu plus de préparation (ce qui est évidemment positif), je pense néanmoins qu‘on ne fait pas obligatoirement une première impression lors de la première rencontre (ou du premier contact si ce n’est en physique). Au contraire, je suis persuadé que l’entrepreneur (et son projet) vont être jugés dans le temps, et que c’est plus du delta entre la première et la seconde (ou troisième, 4ème, …) rencontre que va naître l’avis, sur vous, de la personne concernée.

C’est ainsi,  qu’à mon sens :

  • un investisseur ne vous jugera pas lors du premier pitch (évidemment, il y a des exceptions) mais s’attachera à suivre votre évolution (la fameuse phrase « c’est un peu tôt pour nous » n’est pas anodine, en fait) et à comprendre ce que vous avez dans vos tripes et si vos oreilles fonctionnent, en regardant les changements dans votre projets entre le moment A et le moment B
  • un alpha-testeur ne fondera pas tout son jugement sur votre produit sur les quelques premières minutes du test, vous aurez en général, en faisant les choses bien, l’occasion de tester d’autres choses et c’est, là encore, l’évolution d’une version à l’autre qui modèlera son opinion
  • un nouveau stagiaire ou salarié ne se fera pas une impression définitive lors de l’entretien, ni même lors de la première journée de travail : là encore, l’impression sera constituée sur un peu plus de temps, après que vous ayez tenu (ou non) votre ligne managériale, vos engagements envers lui
De même, si je me souviens de quand j’étais de l’autre côté de la barrière et que je voyais beaucoup d’entrepreneurs avides de laisser une bonne impression, il m’est difficile de dire à quel moment de je faisais une première impression (souvent assez dure à changer par la suite d’ailleurs). En tout cas rarement lors du premier coup de téléphone (heureusement :), ou même de la première rencontre. Cela se passait souvent sur de petits détails, un mail de follow-up, une discussion business ou marché plus large une fois sortis du mode « conviction / vente de mon projet / séduction » et une fois que les vraies personnalités se révèlent, ou encore parfois bien plus tard – comme par exemple un entrepreneur que j’ai vraiment commencé à cerner après quelques mois en incubation… C’est aussi pour cela que j’évitais au maximum de faire passer en jury des personnes que je n’avais jamais vues avant, et que j’échangeais avec elles par téléphone ou via notre pré-incubateur pour ne pas tomber dans le panneau de la présentation powerpoint bien maîtrisée… mais qui en réalité ne fait que masquer les aspérités du projet et de son porteur. Et en entrepreneuriat, ce sont bien les aspérités qui comptent !

Alors certes, on peut faire une mauvaise impression la première fois que l’on rencontre quelqu’un, la sortie de virage est vite arrivée en ce qui concerne les relations humaines :). Il est en revanche beaucoup plus dur de remporter tous les suffrages lorsque ce n’est qu’en one shot… Et ce parce que la création d’entreprise, c’est une course d’endurance – en réalité, c’est même plutôt une succession en fractionné de petits sprints – et votre écosystème et votre réseau prendront conscience de vos qualités si vous les tenez dans le temps… et non pas si vous brillez de mille feux sur une seule rencontre…

2

  1. J’essaye de comprendre le rapport avec l’image que tu as choisie mais je n’en voie aucun !?
    Sinon, je pense qu’il est important de faire bonne impression la première fois, et toutes les fois d’après 😉

  2. Ça me fait penser à l’ « enchanting » de ce cher Guy Kawasaki. Tout un tas d’actions, à faire naturellement, sur la durée, pour laisser une impression de qualité à ses interlocuteurs.
    Les clients qui vous répondent « Merci pour votre efficacité, votre sérieux » ou « Waouh, quelle rapidité » communiquent en réalité leur première impression, qui dépend effectivement rarement du premier contact uniquement.
    Très bon article une fois de plus.

Les commentaires sont fermés.

© 2018 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑