Que mettre dans un plan marketing online…

Alors qu’auparavant les plans marketing se limitaient à de la pub, du marketing direct et de la présence sur des salons, l’apparition du « marketing web » a amené tout un tas de nouvelles pratiques, que l’entrepreneur se doit aujourd’hui de maîtriser. Avec quand même une différence notable : alors qu’auparavant il était compliqué de « tracker » d’où venaient les résultats, nous avons aujourd’hui une infinité de chiffres à notre disposition, en quasi temps-réel, pour rechercher à améliorer le sacro-saint « ROI » (efficacité de l’€ dépensé en comm’).

Voilà une petite liste des différents moyens à votre disposition :

  • Social media. Il s’agit là de votre présence sur les réseaux sociaux :
    Facebook évidemment avec une page fan appropriée (je ferai un article prochainement là-dessus)  – ce d’ailleurs même dans certains cas de B2B – et surtout du contenu qui change fréquemment ;
    Twitter, avec une approche très différente, où vous devrez partager, discuter, et chercher à atteindre une audience qualifiée pour votre cible, mais aussi aller à la pêche aux leads, en suivant certains mots-clés ;
    LinkedIn et/ou Viadeo,  pour les aspects et contenus plus « pro », mais avec des comportements finalement pas très différents

 

  • SEO. On connaît tous l’importance du référencement naturel, celui qui consiste à se placer, sur certains mots-clés que l’on aura défini précédemment, au plus près de la première place des résultats (de Google, principalement). C’est un travail de longue haleine, à réfléchir dès le début de votre entreprise, puisque vous aurez l’occasion pour votre lancement de prendre la parole. N’hésitez donc pas à réclamer (ou demander, en fonction de votre pouvoir de négo :) ) un lien sur certains mots-clés dans les articles dont vous ferez l’objet.
    Vous pouvez ensuite être plus agressif et chercher à placer ces mots-clés de façon plus industrielle dans différents sites.

 

  • Référencement payant. Là encore, majoritairement chez Google avec Adwords. Vous achetez cette fois-ci un ensemble de mots clés pour apparaître près des premiers résultats, avec une petite annonce. Important ici de bien suivre ses dépenses et de regarder quels sont leurs résultats sur votre chiffre d’affaires (ou inscrits à la newsletter, ou nouveaux utilisateurs, ou inscrits à un événement, …) pour voir si cela est rentable de continuer. Juste générer plein de nouvelles visites n’est pas un bon résultat, par exemple !

 

  • Publicité. Vous payez là pour afficher une petite bannière quelque part dans une page. Si vous choisissez de payer pour les affichages (on parle alors souvent de CPM, coût pour 1000 affichages), vous avez intérêt à bien regarder le taux de clic et le taux de transformation derrière. Sinon privilégiez des campagnes qui fonctionnent « au résultat », où vous ne payez que les clics, ou les actes d’achat derrière. Idem pour les pubs dans Facebook (qui marchent mieux pour générer du trafic dans FB). Dans tous les cas, faites des tests à petite échelle avant d’engager trop de budget.

 

  • Content marketing. Il s’agit ici de prendre la parole, souvent sur un sujet d’expertise précis (et c’est pour cela que ça marche mieux sur du B2B). Que ce soit sur votre blog, ou par le biais de « guest posts » où vous écrivez des articles intéressants (oui, il faut un peu réfléchir !), vous créez du contenu qui fera parler de vous, qui sera repris par d’autres, qui sera bien référencé, qui sera retweeté, et qui au final ramènera du monde chez vous, vers vos offres commerciales (ou a minima, qui vous placera comme expert et vous donnera au fil du temps plus de visibilité).
    Vous pouvez aussi faire du contenu d’encore plus grande qualité, sous forme d’ebook ou d elivre blanc, distribué gratuitement (ou payant, même, dès que votre notoriété atteint un certain palier).

 

  • Email marketing. L’héritier du marketing direct, passé du papier au courrier électronique. Il s’agit ici d’engager vos prospects en leur envoyant des mails, soit depuis vos bases de données, soit en « achetant » des bases de données chez des professionnels, en fonction de certains critères bien définis. Plein de bonnes règles existent (là encore, objet d’un prochain article) pour réaliser une belle newsletter qui fonctionne !

 

  • Commentaires de blog & Forums. Cela peut paraître trivial, mais c’est une bonne façon de commencer, à moindre frais (et donc en y passant pas mal de temps) à se faire connaître. Cette tactique consiste à lister les blogs parlant d’intérêts proches des vôtres, et à vous insérer dans les discussions (d’ailleurs, c’est valable aujourd’hui aussi sur FB et twitter). Vous attirerez ainsi l’attention de manière constructive, laisserez l’URL de vos sites (c’est mieux alors de renvoyer vers soit votre blog au contenu riche et passionnant, soit vers votre page FB), et serez remarqué par le webmaster… qui pourra qui sait avoir envie d’écrire sur vous un jour…

 

  • Video marketing. Souvent délaissée, l’utilisation des plateformes vidéo peut pourtant vous ramener pas mal de monde. Et surtout les vidéos ont un pouvoir viral intéressant. N’hésitez donc pas à créer du contenu intéressant, soit technique (tutoriaux, petits cours, …), soit en faisant des interviews par exemple. Poussez ensuite sur toutes les plateformes de vidéos (Dailymotion, Youtube, Vimeo, …) avec les bons mots-clés et descriptions !

Une obsession : tester, évaluer, modifier, retester.

Ce qui est génial avec tous ces moyens, c’est qu’il est possible d’opérer à très petit coût, pour tester. Et de très vite voir si cela marche ou pas. Et se poser la question de ce qui pourrait être amélioré, modifié, et retesté.

Avant la campagne, fixez le montant que vous êtes prêt à dépenser, et quels objectifs chiffrés vous espérez atteindre. Cela vous permettra de vous évaluer plus efficacement a posteriori. Ensuite, évaluez les résultats, et changez un élément (celui qui vous semble le plus faible) pour faire la v2.

On peut aussi tester en parallèle deux versions pour voir quelle est la meilleure, via des tests A/B. Tant que vous avez des résultats différents, vous allez pouvoir affiner chaque partie de votre message, et finalement arriver à trouver un « mix » qui est devenu rentable : vos dépenses sont couvertes par ce que vous ramène telle ou telle campagne.

Il est alors temps de pousser, de dépenser un peu plus sur les campagnes qui marchent, et d’arrêter les autres. Tout en étant un mort de faim sur les chiffres…

Lier les différents moyens de marketing web entre eux.

Une autre bonne pratique consiste à réfléchir à comment lier les différents « canaux » de communication web (et d’ailleurs les autres canaux plus traditionnels aussi si vous y recourez) pour maximiser vos chances. Si l’on regarde bien, vos articles de blog deviennent un sujet d’envoi de newsletter (une fois par mois, une sélection des 3 meilleurs par exemple), vos vidéos peuvent vanter votre page FB, vous pouvez poursuivre une discussion de twitter sur Linkedin, acheter des pubs menant à une enquête pour la rédaction d’un livre blanc…

Dans tous les cas, pensez avant de finaliser une campagne, à y mettre dedans le maximum de vos autres actions, sur la durée cela paiera !

 

Et vous, vous faites quoi pour vous faire connaître, côté marketing web ?

 

 

11

  1. Bonjour Guilhem,

    Il ne faut pas oublier de dire que toutes cette activité que tu nous préconise, et à juste titre si on veut être bien positionné chez notre chère ami google, que c’est extrêmement chronophage.

    Il existe toutes une sorte de petit outils qui peuvent nous aider mais cela reste quand même « bouffeur de temps ».

    Entre les « no-duplicate »,site pour digg-like, etc, y a du temps de passé en perspective devant l’écran.

    Cordialement,

  2. C’est surtout un travail de longue haleine.
    Il faut, comme dans toutes les étapes menant à la création puis au développement de sa boite, faire preuve d’une très forte persévérance.
    Les résultats du plan marketing apparaissent, mais avec une élasticité faible et une latence parfois longue.
    Mais si on s’accroche, l’effet boule de neige peut être incroyable à moyen terme, et là, c’est le jackpot niveau notoriété.
    Allez hop, j’y retourne :)

  3. Bonjour Guilhem,

    Merci pour la « petite liste ».

    A noter que dans le cas d’une application mobile, le plan peut être sensiblement différent avec peut être moins de SEO par exemple, des outils spécifiques de promotion d’applications qui sont essentiels dans les premiers jours de la mise en ligne (AppVIP par exemple) ou des techniques d’optimisation du positionnement de l’application sur les appstores.

    Il est d’ailleurs intéressant d’observer ce que font les meilleurs (comme toujours) dans ce domaine, en particulier les sociétés américaines qui lancent des produit 100% mobiles voire même 100 % iPhone (je pense par exemple à Instagram ou Path).

    Franck

  4. Très bon article.

    Pour ceux qui parlent anglais, voici le plan marketing de mint.com écrit avant leur lancement:
    http://thestartupfoundry.com/2011/04/08/mints-original-marketing-plan-circa-2007/

    c’est hyper instructif

  5. Même si la présence du net est importante et avoir un site web est plus qu’une évidence, je ne suis pas sur que le jeu en vaut la chandelle pour ceux qui font du B2B. le ROI est loin d’être satisfaisant pour cette cible.
    Ok pour le Marketing Direct et le SEO dans ce cas.
    Pour le B2C, Ok pour la version blog et l’image « pseudo expert » qui s’installe au fur et à mesure des interventions. l’Adword est un bon plan mais comme cela est précisé, attention au budget qui peut vite s’emballer. Les bannières et autres encarts pub, c’est sympa mais un ras le bol s’installe chez les internautes et le revers de la médaille pourrait bien faire mal à ceux qui n’en tienne pas compte.
    La marketing c’est complexe et le Web Marketing l’est encore plus car on ne sait pas qui on vise réellement, sans compter que les possibilités de l’internaute pour trouver une information sont tellement différentes que le cerner reviendrait à essayer de vider l’océan de son sel.

  6. Bonjour Guilhem,

    Merci pour ces conseils !

    Par contre, comme Jean-Marc, j’ai des doutes sur le ROI des réseaux sociaux pour les entreprises qui dont du B2B. Non comme les B2C, ce ne sont pas des « consumers » mais d’autres entreprises que nous cherchons à attirer. Il est vrai que les entreprises sont, fondamentalement, constitutées de personnes, mais j’ai toujours du mal à comprendre comment mieux me servir des réseaux sociaux pour en tirer le plus de bénéfices (pour le B2B.) J’aimerais savoir ce que vous en pensez !

    Je me demandais aussi si vous trouviez le côté humain d’une entreprise important dans le branding et les réseaux sociaux. J’aborde ce sujet car vous avez écrit qu’il est mieux de laisser un lien vers un blog ou une page Facebook quand on laisse des commentaires sur un blog ou un forum. Par contre, pas mal de « Social Media Thought Leaders » tels que David Meerman Scott et Mari Smith encouragent les entreprises à donner à leur branding un côté plus humain. C’est à dire, de ne pas se comporter en tant qu’entreprise sur les réseaux sociaux, mais plutôt de laisser paraître la personnalité de leurs employés. J’ai alors créé un profile Google dont je me sers pour laisser des commentaires, mais je vous laisserai aussi le lien pour le blog de Contract Live du coup !

    Anne-Sophie
    http://www.contract-live.com/blog

  7. Merci pour cet article et globalement pour ton blog Guilhem, c’est toujours hyper interessant !
    De mon coté j’ai lancé mon site internet depuis 1 mois et demi maintenant dans le secteur du golf.
    Je suis en plein dans la com’ de démarrage et pour l’instant l’effet boule de neige n’a pas (encore ?) pris.
    Ce que j’en retiens toutefois c’est que dans le cas d’un marché ou les clients sont à la fois diffus mais concentré dans des zones de chalandises précises (les golfeurs sont dispersés partout en France, mais concentrés dans les 600 golfs de France…), je pense que la bonne formule consiste à coupler reseau sociaux et internet pour la notoriété, et la com’ dans les clubs comme « seconde lame ». Qu’en pensez vous ?
    A plus et bon courage à tous !

  8. Hello

    On pourrait rajouter le RTB à la liste mnt 😉

    Pour tous ceux qui se lancent en ecommerce, voilàmodèle Excel pour le budget prévisionnel marketing : http://www.lafabriquedunet.fr/blog/plan-marketing-web-budget-previsionnel-ecommerce/

    Le modèle est très complet. Evidement, la difficulté c’est de définir les hypothèses…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑