Happy face !

Vous avez déjà vu un entrepreneur faire la gueule vous ?

Moi, jamais, en tout cas devant des non-entrepreneurs ou des gens qui ne sont pas de son équipe. Avoir la banane, ça fait partie des bases même du métier d’entrepreneur. Il n’est pas obligatoire d’être un optimiste pour monter sa boîte (même si ça aide), mais par contre c’est primordial de le faire croire à tout le monde.

La création d'entreprise avec le sourire !

Alors oui, le projet avance, les clients sont merveilleux, et même très nombreux, ça décole, il faut se battre pour refuser l’argent du banquier, l’économie est au mieux, j’utilise All-Bright et tout et tout. Sourire, clin d’œil, petit rire, et pitié, passons à un autre sujet.

Cela irait bien encore si l’entrepreneur n’était pas constamment réduit à son entreprise. C’est à se demander s’il existe encore, tant, quand on lui parle, c’est l’entreprise le sujet de conversation. C’est sûr, on comprend la curiosité des gens : créer sa boîte relève encore du bizarre, du paranormal, et puis de toute manière, l’entrepreneur en question n’a un peu que ça dans sa vie…

Certes.

Mais qu’est-ce que c’est bon parfois de déposer le masque, et de n’être pas que son entreprise. De parler d’autre chose. De couper, même avec ses proches. D’être un anonyme. Ou alors de se retrouver entre entrepreneurs… pour parler de tout autre chose !

Et vous, vous coupez comment ? Vous arrivez à débrancher la prise de temps en temps ? Ça vous pèse ?

1 Commentaire

  1. C’est vrai qu’on a tendance à sur jouer le bonheur. On veut que ça marche, ça doit marcher, ça marche quoi 😉
    Mais, pour le coup, on se coupe un peu des réalités et des fois je trouve que de travailler avec des gens pour qui tout n’est pas tout rose, et bien ça repose 😉
    Un peu de sincérité ne nuit pas aux relations commerciales, au contraire, c’est preuve de confiance.

    Bien sûr cela doit dépendre des activités…

    Et puis quand ça ne va pas, c’est toujours une manière d’embrayer la conversation et de chercher des solutions avec son interlocuteur. Le sempiternelle « ça va super », coupe un peu la conversation, non ?

    Pour moi, le dialogue idéal : « Comment ça va ? – Bien pas trop, je suis crevée, je n’arrête pas de prospecter et vraiment en ce moment tout est morose… – Quelle idée, justement la semaine dernière j’ai rencontré M. truc qui est dans un secteur qui pourrait t’intéresser… »

    Je dis ça, mais pour moi ça va !

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑