Question d’habitude…

Il y a tout un tas de choses qui peuvent nous sembler difficiles, voire impossibles, dans la vie de tous les jours. Et donc dans la création d’une entreprise aussi. Faire un business-plan. Lever des fonds. Construire une équipe. Appeler un prospect au téléphone. Puis lui vendre quelque chose. Poser une question dans une conférence. Puis passer de l’autre côté du micro. Finalement, toutes les petites choses qui font qu’un projet va prendre corps et nous mener vers la réussite.

Mais en y réfléchissant, on se rend compte que c’est souvent la première fois qui est difficile. Une fois qu’on a essayé, qu’on échoue ou qu’on réussisse d’ailleurs, beaucoup de la part de mystère disparaît. Et l’on va beaucoup plus vite, beaucoup plus facilement. On acquière rapidement une connaissance des petites règles cachées qui font qu’on va se sentir beaucoup plus en confiance. Ainsi, votre deuxième participation à un salon sera beaucoup plus efficace que la première. Ce blog (mon deuxième) est beaucoup plus mature (j’espère) que son prédécesseur, et il est pourtant bien loin de ce que j’aimerais en faire si je recommençais à zéro. Après quelques rdv clients, nul doute que vous êtes plus convainquant qu’au premier et surtout beaucoup plus zen à leur approche.

L’entrepreneur étant une éponge, il va absorber toutes les expériences qu’il va vivre pour s’en servir une fois prochaine. Il y a donc tout intérêt à « oser » se lancer rapidement, quitte à se planter en beauté. On aura appris beaucoup plus qu’en restant dans son coin, derrière son PC, cherchant à encore mieux planifier ou préparer l’action… qui tarde à venir. Si on pousse le raisonnement encore plus loin, c’est finalement le cas d’une création d’entreprise : la première sera forcément moins bien réussie que la seconde. Et parfois, l’envie de retrouver la feuille blanche se fera si forte que même après ce qu’on pourrait qualifier de réussite, l’entrepreneur ressent l’envie de remettre une nouvelle fois l’ouvrage sur le métier. Je vous conseille d’ailleurs le post très touchant de Mathilde le Rouzic de Bagatelles. Pas besoin d’en dire beaucoup plus.

Sur ce, je vous laisse, j’ai des trucs à essayer (et à foirer, peut-être, mais c’est pas grave, question d’habitude !). Et vous, quelles vont être vos prochaines « premières fois » ?

[photo : Felipe Skroski]

3

  1. Encore un post qui sonne juste…très juste.

  2. Merci m’sieur :) Suis inspiré le vendredi, c’est pour ça !!

  3. J’aime l’image de l’éponge. Un jour un prof m’a dit « il faut que tu deviennes une éponge ». A l’époque, j’ai rien compris!

    Sinon tout à fait d’accord avec les 1eres fois. Un petit bémol: ne jamais griller toutes ses cartouches la 1ere fois, on n’a qu’une 1ere fois! Personnellement, je m’en veux parfois de ne pas être prêt – même la 1ere fois – surtout quand c’est la 1ere rencontre. Si la 1ere impression n’est pas la bonne, dur de revenir dessus. C’est long de se faire oublier pour re-créer la 1ere fois!

    Côté envie de retrouver la feuille blanche,même si je fais partie des entrepreneurs qui veulent faire et recommencer, je me pose des questions: faut il le dire? comment réagissent les investisseurs face à de tels profils?

    PS: c’est pas mon 1er commentaire, mais je dois encore manquer d’habitude 😉

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑