Allo maman, je crée ma boite

Vous avez pris votre décision : vous vous lancez. Vos amis (la plupart, en tout cas ceux qui seront encore vos amis dans quelques temps) vous appuient dans votre décision. C’est le grand chamboulement dans votre quotidien surtout si vous quittez un job pour créer votre boite. Reste une étape difficile à passer… Le banquier ? Non. Les démarches administratives ? Pff, piece of cake. Trouver des investisseurs ? Facile. Quoi alors ? Convaincre votre mère !

En effet, s’il est une personne encore plus difficile à convaincre qu’un “chargé de relation clientèle professionnelle” d’une banque quelconque, c’est bien la maman de l’entrepreneur. Si vous y parvenez, c’est sûr que vous aurez de grandes chances de mener au bout votre aventure, avec en prime tout son soutien de maman protectrice qui ferait tout pour son fils / sa fille adoré(e) ! En attendant, elle a tout un tas de bonnes raisons à vous opposer avant de vous donner sa bénédiction…

  • Quoi, tu ne veux pas un vrai métier ? C’est finalement presque pire que si vous lui annonciez que vous alliez vous lancer dans la chanson ou partir travailler dans un cirque. En lien avec cette phrase, le corollaire : “et donc du coup, on continue à te garder à notre charge ?”.
  • On n’a pas payé tes études pour que tu foutes tout en l’air maintenant ! Si l’entrepreneuriat ne s’apprend pas que sur les bancs de l’école, ce qu’on a appris doit nous servir comme premier travail, bien entendu (en tout cas pour elle). C’est un peu lié au point précédent, mais avec la vue dans le rétroviseur pour l’investissement déjà réalisé.
  • Toi, un patron ? Les mamans ont parfois l’impression que le garçon ou leur fillette est encore tout petit. Et forcément que c’est trop tôt pour se lancer ainsi dans le grand bain ! Et d’autant plus si vos mamans ne sont pas vraiment les lectrices type de Fortune, The Economist, le Figaro Economie, les Echos et Investir.
  • Je ne comprends rien à ton truc Internet, là. Valable pour ceux qui se lancent dans des projets web, bien sûr, mais finalement on pourrait remplacer par tout un tas d’autres secteurs. Bref, c’est toujours trop compliqué ce que vous allez lui présenter, et comme elle n’est pas vraiment dans votre cible… et bien elle n’achète pas votre projet !
  • Je vais dire quoi à mes amies ? … qui elles se vantent bien du super poste que leur rejeton vient de choper (par piston, le méchant) dans telle ou telle WorldCompany. On en reparle dans quelques années…

Si vous passez la barrière bravo, vous aurez gagné LE supporter nécessaire à tout projet. Et à cela, plein d’avantages…

  • Elle vous connaît. Souvent d’ailleurs beaucoup mieux que vous ne vous connaissez vous-même. Elle sait donc parfaitement ce que vous êtes en mesure de réaliser, et pourquoi vous vous lanceriez dans l’aventure, surtout si c’est pour de mauvaises raisons…
  • Elle a du bon sens. Ce n’est pas toujours le cas des gens que vous rencontrerez, alors profitez-en. Expliquez-lui votre projet et même si elle n’est pas une business-woman affirmée, vous serez surpris de la qualité de ses questions ou remarques !
  • C’est le dernier réconfort possible. Lorsque tout va mal, qu’on a le moral dans les chaussettes (colorées, en ce qui me concerne), une maman est toujours là pour prêter son oreille et vous revigorer !

Et vous, elle en pense quoi, votre mère, de votre projet ?

[si maintenant vous voulez vraiment savoir pourquoi une maman aura toujours plein de bonnes raisons contre votre décision de vous lancer, courrez chez l’ami Poupardin, qui en a plein.]

[Photo oiseau : kiwêhowin]

6

  1. Bonjour à tous,

    Ma mère et mon père m’ont toujours soutenu (moralement et financièrement) lors de la création de l’entreprise. Seulement après deux ans (1 an pour monter le projet en incubation et 1 an de lancement), leur soutien est de moins en moins prononcé par peur de l’échec. Ils me voient grandir et stagner par rapport à mes amis qui sont tous salariés. Néanmoins, ils prennent régulièrement des nouvelles, sur la santé de l’entreprise, sur le volume des ventes et surtout sur mon moral.

    Je pense qu’il est très important de toujours bien les renseigner et de discuter calmement de l’évolution tout en leur expliquant qu’on a conscience que cela peut s’arrêter un jour.

    Les parents et la compagne sont les premiers soutiens indispensables. La création d’entreprise est un véritable marathon et il arrive parfois de s’essouffler un peu. Ni les banques, ni les comptables, impôts et autres ne peuvent vous soutenir aussi bien que vos proches.

  2. Bonjour à tous,

    Mes 2 parents sont issus de l’immigration des années 60.
    – Mon père a été 30 ans ingénieur chez Bull.
    – Ma mère a été 30 ans fonctionnaire.
    Leur rêve était que je fasse comme eux, 30 ans dans une entreprise d’état ! Déjà là, c’était mal parti …
    Depuis 3 ans, en parallèle avec un poste salarié à temps partiel, j’ai créé ma boite de e-marketing …Cela laisse très perplexes mes parents….mais parfois, ils viennent garder les enfants quand je dois me déplacer et un jour ma mère m’a dit : « Je ne sais pas comment tu fais, mais tu y arrives ! » Je pense qu’en dehors du soutien des uns et des autres, il faut avant tout avoir la foi pour entreprendre !!
    Bon courage à tous
    Cordialement

  3. Moi j’ai eu droit à « c’est bien tu bossais trop avant, là tu vas pouvoir te reposer, prendre des vacances… »

    Difficile d’expliquer que « même » pour lancer un site Internet il y a du boulot!

  4. héhéhé… ca me fait penser à un T-shirt très sympa… « your mom is NOT a valid test market »

    Pour mieux comprendre, allez faire un tour sur ce site : http://www.vcwear.com/your-mom-is-not-a-valid-test-market/

  5. Une fois votre mère convaincue et votre premier échec de création d’entreprise rencontré (« c’est pas grave mon fils, maintenant vous va pouvoir te caser dans une entreprise du CAC40″), ne vous croyez pas sorti d’affaire. Car la fois suivante où vous créerez, ce sera votre conjoint(e) qu’il faudra convaincre (avec le crédit à rembourser pour la maison et la voiture, etc.) ! 😉

  6. Bon billet et analyse très pertinente. Voici pour illustrer votre propos un raccourci de mon histoire entrepreneuriale personnelle :
    « Quand j’avais 20 ans, j’étudiais la physique à l’Uiversité et maman pensais que j’allais devenir un savant.
    Quand j’ai approché 40 ans, je suis parti à l’étranger créé une entreprise et maman a pensé que je devenais fou.
    Après 10 ans passé au Canada, je suis entrepreneur à l’étranger et maman est fière d’avoir enfanté autre chose qu’un savant fou. »
    Entreprenez, maman et ses inquiétudes sont de bons garde-fous et elle sera toujours là pour vous donner un point de vue extérieur qui vaut la peine d’être considéré.

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑