Ce qui change dans une startup après une levée de fonds

Evidemment, la levée de fonds est un sujet récurrent dans le petit écosystème des startups. Et pour cause : pour beaucoup c’est un passage obligé, idéalement une fois après avoir trouvé son modèle à petite échelle, pour pouvoir « scaler » et se développer. C’est aussi parfois un « mauvais » objectif poursuivi pour lui-même. Et parfois encore une « fin en soi » pour certains. Mais passons, ce n’est pas le sujet du jour.

J’ai discuté avec plusieurs amis entrepreneurs récemment, qui avaient levé (entre 500K et 3 millions, en gros, pour vous donner une idée du type de levée) il y a peu. Les retours d’expériences sont très divers, et évidemment cela est très empreint de « avec qui j’ai levé » et « comment ça se passe sur le plan business ». Mais cela me semble suffisamment pertinent (et en lien avec tout ce que j’avais pu voir par ailleurs sur le sujet, dans des boîtes où j’ai des parts ou lors de mon passage à l’incubateur HEC) pour essayer de voir, pour tous ceux qui seraient en train de chercher des fonds ou penseraient le faire, pour vous donner quelques éléments de « ce qui change dans la vie d’une startup et de ses founders une fois que les investisseurs sont entrés ».

Petit tour d’horizon donc…

  • Vous n’êtes plus totalement chez vous
    C’est probablement le changement principal lors de la première levée de fonds : vous avez de nouveaux associés ! Ils ont donc leur voix au chapitre, même s’ils sont minoritaires. A minima, sur certains types de décisions (embauches, budgets, rémunération, cessions de parts…). C’est un peu comme si vous aviez un colloc chez vous : il faut apprendre à vivre ensemble !

 

  • D’ailleurs, vous savez à peu près quand vous serez « expulsé »
    Hormis certains BA, la plupart des fonds investissent en pensant au moment où il faudra sortir. En fonction de la maturité du fonds (en général ils ont une durée de vie entre 8 et 12 ans, à l’issue de laquelle ils revendent toutes leurs participations), vous savez donc qu’à un moment, il faudra trouver une solution d’exit. Si au moment de la levée de fonds vous êtes évidemment OK pour cela (oui, on souhaite être riches et revendre à un opus gros dans 5 ans !!!!), dans la réalité votre boite se développe en général moins vite, et les options sont moins nombreuses à la fin. Et si vous ne faites pas partie des super stars du fonds pour qui l’on se bat pour les racheter… vous pouvez bien être contraint de vendre une boite dans laquelle vous vous éclatez pour pas tant d’argent que cela… Certes, ce n’est pas le cas général et vous avez un peu de temps pour anticiper, mais c’est bien de l’avoir en tête.

 

  • Le terme change…
    Le très long terme est bien souvent à oublier et il va falloir tenir les chiffres « court terme », se focaliser sur la structuration de la boite, la croissance du chiffre, éventuellement même au bout de quelques années sur la rentabilité avant de penser à faire un second tour de financement.
    Sans aller jusqu’à une gestion trimestrielle comme c’est le cas pour les boites cotées, vous devrez tout de même regarder de beaucoup plus près les chiffres de vente et de croissance.

 

  • Quelqu’un au-dessus de votre épaule
    Vous êtes totalement focus sur votre startup et probablement est-cela première que vous lancez. Ou en tout cas la première qui va aussi loin. Avoir avec vous quelqu’un qui a déjà vu ça des dizaines de fois, donc certaines startups « stars », qui a vu passer toutes les startups de la place sur le même sujet que le vôtre (pour les fonds – même s’ils se professionnalisent, les BA n’ont pas la même masse de deal-flow) et qui peut vous amener les meilleures pratiques et les bonnes façons de structurer votre entreprise : voilà quelque chose dont tout startupeur rêverait. Et c’est en partie ce que vos investisseurs peuvent vous apporter et vous apporteront si vous êtes dans la démarcher de demander et d’accepter leur apport…

 

  • Plus de formalisme, du reporting
    Levée de fonds rime normalement avec mise en place de reporting et besoin d’être plus carré sur pas mal de morceaux de son business. Et c’est bien !! Naturellement, l’entrepreneur n’apporte que peu d’importance à ses chiffres et au fait de prendre du temps, par exemple une fois par mois, pour voir son tableau de bord et commenter les différentes avancées (ou non) du projet et de la boite. Avec un investisseur derrière vous, vous allez devoir mettre en place un tracking de l’activité… et vous y verrez plus tard bien plus clair sur la bonne marche de votre business. On se sent un peu comme un écolier qui n’a pas bien appris sa leçon les premières fois où l’on présente des chiffres et qu’ils ne sont pas bons… mais les chiffres sont vos amis : ils ne mentent pas. Il faut donc cultiver cette passion pour le reporting, ça vous sauvera certainement la mise un jour ou l’autre !!!

 

  • Plus de moyens financiers
    C’est un peu évident, mais la levée de fonds, c’est surtout pour les fonds, hein. Et si vous avez su être malins pour dépenser peu et faire beaucoup jusque là, ne vous croyez pas trop beaux : vous avez entièrement la capacité de faire très peu avec beaucoup d’argent aussi… L’investisseur est là pour vous aider à bien structurer vos dépenses, ne pas vous faire avoir (des boites se sont fait une spécialité de suivre les levées de fonds et de « passer à l’attaque commercialement », notamment pour des dépenses de comm’ :), apprendre à recruter intelligemment, … et la plupart du temps vous pousser à cramer votre budget, car bien la moitié des entrepreneurs a des oursins dans les poches…

 

  • Un peu plus d’attention
    Lever des fonds attire forcément un peu de lumière sur vous. Les usual suspects que sont devenus les FrenchWeb, TechCrunch, RudeBaguette, Madyness, Clubic Pro, PresseCitron & co évidemment, mais aussi de l’écosystème startup dans son ensemble. Et il faut bien le dire de plus en plus de la presse généraliste qui a bien compris que l’entrepreneuriat est un sujet qui fait vendre (au moins des encarts de pub). Et bien évidemment de votre propre entourage qui va commencer à se dire que tient, vous n’êtes pas si fou que ça et que votre truc pourrait bien marcher, finalement.

 

  • Un peu plus de crédibilité
    Cela va avec le point précédent, mais pas que. Vis-à-vis de clients (notamment grands comptes) ou de recrues potentielles, votre boite a d’un coup l’air un peu plus sérieuse lorsqu’elle a quelques centaines de milliers d’euros sur son compte en banque.  Et évidemment, cela a de l’importance pour la bonne marche de votre business : les portes et les téléphones risquent de s’ouvrir un peu plus rapidement ! Surtout si votre investisseur met son réseau (s’il l’a bien cultivé) à votre service.

 

  • Un changement des relations entre associés
    Hé oui, jusque là c’était sympa, on était tous dans la même galère. Là on commence à sentir le succès poindre au bout de l’aventure… et il y a là un risque réel de pétage d’équipe. Il est primordial à ce stade de toujours garder la communication ouverte, ne pas changer volontairement la relation et même chercher par tous les moyens à ce qu’elle soit la même qu’avant, et ne pas prendre la grosse tête. Rien n’est fait, ce n’est que le début, et c’est toujours bon de prendre du temps pour 1. se faire des reproches continuellement (ne pas accumuler les petites frustrations qui finissent par vous péter à la gueule) et 2. mettre à plat ses propres objectifs personnels, ses objectifs perso dans la boite, les objectifs que l’on prête à la boite. Et les partager avec les autres associés pour s’assurer qu’il n’y a pas de divergences majeures.

 

  • Le boulot au quotidien n’est plus le même
    Si jusqu’à présent vous faisiez un peu tout, il va falloir commencer, avec la croissance des équipes, à accepter de faire votre vrai job. CEO, CTO, chef des ventes, Marketing : plus ça va aller, plus la spécialisation et le focus seront forts. Toute la beauté de la chose réside dans le fait d’à la fois bien vous connaître et d’en même temps savoir où sont les vraies clés de réussite pour la startup. Et de faire matcher les deux. Mais le côté « je fais tout tout le temps » est normalement derrière vous. Votre but est plus maintenant de défricher les choses, les faire une première fois, écrire les process, et trouver meilleur que vous pour les exécuter. Pour le poste de CEO, la relecture de cet article est toujours intéressante, IMHO.

 

  • Welcome Politics !
    Si cela n’avait pas été le cas jusqu’à présent, vous allez pouvoir mettre en application vos qualités politiques, pour gérer l’info, les annonces, les intérêts, les objectifs de chacun de vos actionnaires pour être sûr que tout se passe bien, les faire se parler entre eux, les travailler en one-one avant les AG, etc. Enjoy 😉

En conclusion, la levée de fonds est un passage obligé pour beaucoup de startup. Ce n’est pas un calvaire, et il y a plein de très bons investisseurs, Business Angels ou Fonds d’investissement type Venture Capitalists,sur la place française et autour. Bien vivre sa levée de fonds est donc possible – mais ce serait se fourrer un doigt dans l’oeil que de penser que cela ne changera rien chez vous. Ce n’est donc ni mal, ni bien, c’est un changement d’état dont il vaut mieux avoir conscience pour prendre vos décisions et vous lancer dans cette démarche.

Et vous, qu’est-ce qui a changé lors de l’arrivée d’investisseurs à votre capital ? Bien vécu ? Mal vécu ? Mitigé ?
Si vous êtes investisseur, qu’est-ce que vous demandez comme changement ? Comment vous voyez votre rôle dans le passage à l’âge adulte des startups dans lesquelles vous investissez ?
Allez, vos réflexions dans les commentaires !

 

4

  1. Ne plus se sentir chez soi, ce doit être le pire j’imagine.

  2. Très intéressant.
    Bien évidement c’est en ayant une bonne vision de ces changements qu’il est plus facile de les anticiper et de les préparer.
    Notons que cette étape de la levée de fond doit être prévue dès le départ par la création d’une structure SAS plus propice à régler les problématiques de pouvoir et de rapport de force surtout en cas de forte augmentation du capital.

  3. Superbe article !!!
    Je me pose toujours autant de questions sur la levée de fond mais paradoxalement cela est un peu plus clair !!!
    Très intéressant à lire et à relire !!

  4. Un très bon article qui démontre que beaucoup de changements et parfois de cap sont nécessaires après une levée de fonds mais tout dépend du projet , de son envergure, des capitaux engagés , bref plein de paramètres et bien sûr du venture capital ou investisseur et des accords qui ont été négociés sur la levée de fonds. Il est évident qu’il y aura certaines choses et sentiments que vous avez si bien décris dans cet article qui permettront à certains d’avancer et de revoir une stratégie plus collaborative avec ses nouveaux partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑