Motiver ses troupes, sans argent

Dans les startups, l’argent n’est pas roi : il n’y en a jamais assez !! Malheureusement, ce qui coûte le plus cher, c’est aussi le plus important : l’humain ! D’où parfois toujours un dilemme : comment faire pour assembler la meilleure équipe possible lorsque l’on n’en a pas les moyens financiers ?

Assembler une équipe de tueurs, pas facile sans pépettes !

Je crois fermement qu’il faut être radin sur tout en startup, sauf sur les gens. Alors, comment faire lorsque l’argent n’est pas là, donc que logiquement on ne pourra pas faire venir les talents que l’on désire, et que les investisseurs ne mettront leur argent que sur une dream-team ? Voilà quelques pistes – que, je l’espère, vous m’aiderez à compléter ! – d’autres formes de monnaies à utiliser pour attirer les talents !

  • donnez du sens – l’avantage d’une startup, logiquement, c’est qu’elle a pour mission de changer le monde… expliquez pourquoi vous vous battez et vous verrez que, si vous êtes cohérent, transparent, authentique… que nombreux sont ceux qui se rallieront à votre pavillon pour faire avancer la cause. En bref, lancez un mouvement et laissez les autres le reprendre et le faire grandir !

 

  • inspirez – devenez un modèle que les autres ont plaisir à suivre et à côtoyer. Certes, plus évident à dire qu’à faire, mais essayez de devenir quelqu’un dont l’avis compte et dont les positions sont respectées, et vous aurez un petit avantage sur d’autres employeurs, grâce à votre personnalité.

 

  • donnez des responsabilités et faites grandir les gens – donnez-vous comme mot d’ordre de constamment challenger et repousser les limites de vos équipes, de manières positive (hein, pas avec un fusil sur la tempe à la hussarde), pour les aider à s’améliorer eux-même. Qui voudrait quitter une entreprise où l’on se rend compte qu’on progresse vraiment et qu’on apprend continuellement, avec de nouveaux challenges ? Mettez la barre haut, et montrez que votre équipe est capable de relever les défis. Et chassez les mauvais !

 

  • récompensez les prises de risques et faites confiance – certes, les process bien balisés sont importants, mais vous avez envie d’avoir des collaborateurs qui vont portez loin votre entreprise. Faites donc confiance à ces derniers, laissez les tester des choses et vous aurez ainsi, a minima, l’occasion d’apprendre de leurs erreurs !

 

  • faites la fête et buvez des bières – work hard, play hard… inutile de m’appesantir trop ici, vous connaissez mon point de vue sur l’importance des moments informels un verre à la main…

Et vous, c’est quoi votre secret pour attirer, conserver et faire « respirer » vos équipes ?

 

  • trouvez des trucs « WoooW » – rendez vos équipes fières d’être de l’aventure et créez un sentiment d’appartenance en ayant quelques « trucs » bien à vous : offrez un mois sabbatique tous les 5 ans, faites des challenges marrants, payez des masseuses, faites du sport tous ensemble, engagez-vous dans une cause commune, montez un groupe de musique, nettoyez une rivière… allez plus loin que la simple relation de travail en ayant d’autres engagements communs !

 

  • soignez l’ambiance et l’environnement de travail – si les gens arrivent avec le sourire le matin, et restent tard le soir, et font des trucs entre eux, et que l’ambiance est bonne, vous verrez que vous attirerez les talents, et qu’une culture se mettra en place pour éjecter les brebis galeuses ! Un système autorégulé en quelque sorte :) Et pour le look des locaux, faites un effort pour faire des choses qui sortent un peu du commun, que vous vous sentiez vraiment chez vous !

 

  • donnez du capital – mais faites-le bien, assez tard dans la vie de l’entreprise (avant cela, le capital ne vaut rien aux yeux de ceux qui le reçoivent et coûte beaucoup trop cher pour vous – oui, c’est paradoxal je sais :). Sachez donc le valoriser et en faire un élément de fidélisation et de récompense, plutôt qu’un simple troc en lieu et place d’espèces sonnantes et trébuchantes. Et ce seulement lorsque vous avez déjà bien travaillé les points précédents, jamais en premier rideau !!!!

18

  1. Nous venons de créer il y a 2 mois. L’un de mes associés vient de quitter le navire et je reçois pas mal de réponses à mes sollicitudes pour trouver un nouvel associé. Reste à trouver un 2ème dév qui aime bien le Java (jfa@we-pulse.com ^^). L’article me semble instructif mais peut être un peu plus adapté à une entreprise qui a déjà fait ses preuves. Mais il y a de très bonnes pistes, et tout cela doit s’inscrire dans la durée. Par contre c’est plus difficile d’instaurer un tel climat lorsque l’on ne se voit pas énormément et que l’on ne peut pas travailler au même endroit.

  2. Billet très inspirant et emprunt de positivité !

    On viens de créer notre startup, on en est qu’au tout début, mais déjà nous tentons d’appliquer ces concepts et d’innover, de nous différencier, dans notre management et notre communication.

    Merci d’avoir mis des mots sur ce que nous essayons d’exprimer et de faire partager :)

  3. « buvez des bières » et « payez des masseuses » … Ça c’est des trucs pour attirer les mecs. Pas envie d’attirer des nanas ? Elles sont de fait très peu nombreuses dans les start-up, peut-être par ce qu’on ne sait pas aller les chercher ? Et pourtant… (ok je vous épargne la liste des nombreux avantages à avoir des femmes dans ses équipes)
    Allez quelques idées pour les attirer:
    – Laisser la liberté de gérer avec intelligence vie pro et vie de famille
    – Trouver un livreur qui propose autre chose que des pizzas
    – Arrêter les blagues macho (surtout après 4 bières)(et au fait, j’adore la bière 😉

    Sinon, d’autres pistes:
    – Laisser les salariés choisir leur matériel (informatique / téléphonie, voire voiture)
    – Trouver des trucs qu’ils vont être fiers de dire à leurs copains (j’ai rencontré telle personne, je suis allé en déplacement à tel endroit, je suis à l’origine de la création de tel produit)

    • Il me semble que ma femme (qui aime la bière aussi) adorerait qu’une masseuse vienne lui soulager les cervicales en pleine journée au bureau…
      Merci en tous cas pour cette vision sur les besoins éventuels de la start-up girl 😉 . Il serait bien effectivement que les fondateurs managent avec un peu moins de testosterone, j’oserais même dire qu’il laissent leur sensibilité feminine s’exprimer dans leur vision et leur stratégie !

  4. Hello, pour compléter cet article, je me permets de donner l’autre point de vue, celui des « troupes ».

    Je suis sorti il y a quelques temps d’un projet où j’étais designer/dev front. Le projet s’est complétement écroulé, en parti à cause de la sortie des talents importants. J’ai vu tout le monde partir peu à peu, l’ambiance changée, la perte de motivation à cause notamment d’éléments que tu décris, non respecté :

    . La non valorisation des talents : infantilisation, non respect des valeurs de chaque métier, pourtant importante pour chacun.

    . Manque total de sens/de « guide ». En tant que designer c’est important pour moi, et je pense que ça doit l’être pour tous : la com/l’image de l’entreprise se doit d’être cohérente, on a besoin de s’accrocher à des choses, de s’identifier… et surtout d’avoir un but (le fameux « changer le monde » de G.Kawasaki 😉 )

    . Et les fêtes p**** ! Voir les gens ne pas se dire bonjour le matin, ne jamais fournir de moments détentes quand on passe 8 à 14h par jour au boulot, c’est rude.

    Évidement c’est du cas par cas, et je pense qu’il y a un juste milieu entre les extrêmes, mais le débat reste intéressant.

    Je reste tout de même comme toi convaincu de l’importance de la capitalisation/valorisation des talents, surtout dans des métiers de passionnés : dev/designer entre autres.

    PS : Dsl pour les fautes, il se fait tard..

  5. Bien vu!
    De la passion, du plaisir, de l’autonomie et de la valorisation, si t’as compris ça t’as tout compris !
    C’est le message que l’on passe auprès de nos clients !

  6. Intéressant en effet mais les basiques ne seraient pas plutôt:
    40 la stabilité ….

    donc cela dépend à qui nous avons à faire ;=)
    je suis d’accord sur l’humain dans l’entreprise, être à l’écoute et répondre aux attentes en aménageant le temps de travail par exemple ou donner plus de responsabilités(valorisation) mais un jeune qui démarre dans la vie ne pense qu’argent et rémunération (très souvent) avec un environnement « cool » mais qui ne doit quand même pas être synonyme de cours de récré! Je pense qu’en effet pour recruter la perle rare il faut surtout jouer la carte « charme » et donner envie de bosser avec vous;=) pas facile en effet!

  7. Tout ça c’est bien, Guilhem, mais mon expérience me prouve qu’on attrape pas les mouches avec du vinaigre. Autant les associés d’une startup peuvent ne pas percevoir de salaire au début dans l’espoir d’une plus-value future, autant les salariés doivent être payés au prix du marché si on veut les fidéliser et ne pas les frustrer (au passage ça permet d’être plus exigeant avec eux).
    Sinon, pour les bières, le café…une seule adresse : http://www.justeatemps.com Appelez le patron de ma part :)
    Cordialement.
    Patrick

    • Hello Patrick,
      C’est ce que je dis en entame de mon post : le seul truc sur lequel il faut ne pas être radin, c’est l’humain :)
      Quoi qu’il en soit, comme tous les business angels ne mettent pas beaucoup d’argent très tôt, il y a quand même une phase où il faut faire avec les moyens du bords, que je tente de décrire dans l’article :)

  8. Tout à fait d’accord avec toi. Notre agence existe depuis 1 an 1/2 maintenant, et nous avons pu recruter 2 personnes.
    Les 2 viennent de grands groupes et ne se sentaient plus à leur place au sein de la masse – génération Y oblige. Elles étaient donc hyper motivées pour rejoindre une petite structure, malgré le salaire (on s’est juste aligné, pas de surenchère possible).
    Par contre à côté de ça, nous complétons avec des primes en fonction des projets gagnés.
    Et nous entretenons la convivialité : apéros quotidiens, cours de cuisine 2 fois par mois payés par l’agence, soirées, anniversaires…
    Le plus important est d’être vraiment à l’écoute. En fait je me suis aperçue qu’être patron, c’est un peu être parents -)
    Cora

  9. Super article, je pense que tu as tout bien résumé ! Merci pour vos points de vue complémentaires Laurence et Coralie, que serait une vision masculine sans une vision féminine en complément ? ;-). Pour ma part je ne reçois pas un salaire énorme dans mon entreprise mais certains encadrants savent valoriser la valeur ajoutée individuelle de chacun au sein de la boite, ce qui fait la différence. Ceux qui ne sont pas valorisés partent… alors qu’ils reçoivent un salaire confortable contrairement à d’autres qui sont valorisés, touchent moins mais restent fidèles au poste !

  10. Vidéo incontournable sur la motivation :
    « This lively RSAnimate, adapted from Dan Pink’s talk at the RSA, illustrates the hidden truths behind what really motivates us at home and in the workplace »
    http://www.youtube.com/watch?v=u6XAPnuFjJc

  11. Super article Guilhem. Tout à fait ce qu’il me fallait en cette fin de semaine. Ton dernier point fait beaucoup de sens et m’a bien fait réfléchir :) Bon week-end à tous !

  12. Tout cela est bien vrai ! J’ai travaillé pendant 1 an dans une start-up qui s’est saigné pour créer un poste à temps plein. J’ai oublié toutes prétentions salariales et toutes horaires pour m’impliquer vraiment professionnellement et émotionnellement grâce aux associés qui ont su instaurer une ambiance détendue ponctuée de bière au bar du coin et de café au soleil. C’était un déchirement d’arrêter de travailler pour eux et si un jour j’ai une entreprise j’espère arriver à instaurer la même chose.

  13. Salut Guilhem,

    Je suis en plein dedans pour le moment.

    Ce qui ne m’empêche de « recruter » des gens qui en veulent et qui croient également au projet.

    Par défi, par rage, par « amour » de entrepreneuriat.

    Mais ça reste pas évident de motiver tout le temps. Il faut rester en permanence positif et faire office de locomotive à énergie nucléaire pour garder tout le monde dans l’élan.

    Très bon article ou je partage ton point de vue entièrement.

    😉

  14. Est-ce qu’il existe un site de recrutement de développeurs spécialement dédié aux startups ?

    Je ne parle bien entendu pas de teamizy, qui concerne la recherche d’associés et non d’employés.

  15. Salut a tous,
    Tres bon article (encore une fois… 😉 ).
    Perso j ai lance ma startup depuis le mois dernier, mon dev me plante et se reconsacre a la boite ou il etait avant d ici 1 mois, a defaut de trouver un bon dev en Python (django), je vais passer par un freelance le temps que ma startup devienne attrayante (enfin ait ses premiers clients et un peu de ca…). La formule freelance coute cher (200-500e par jour), mais c est un bon moyen pour tenir le coup quand quelqu un nous plante…
    Sinon en ce qui concerne les sites, remixjob c est pas mal (30e l annonce de stage, gratuit pour rechercher des freelance)

  16. D’accord pour les fêtes et les bières mais sans alcool SVP 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2015 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑