Faut-il interdire l’entrepreneuriat chez les femmes ?

C’est un fait qui est avéré depuis de longues années déjà, et qui désole la plupart de mes confrères entrepreneurs ou qui travaillent dans l’accompagnement à la création d’entreprise : seuls 27% des projets de création d’entreprise sont le fait de femmes.

Loin de rejoindre le mouvement un peu mou (et il faut bien le dire, assez démago) pro-parité, je pense que c’est déjà largement trop. “Encore 27% ?” devrait-on même dire ! C’est vrai finalement, plein d’arguments plaident en la faveur de ma position…

Créer une entreprise n’est pas un jeu de filles. Créer une boite, c’est un peu jouer à celui qui a la plus longue. Et là, franchement, les filles ne sont pas les mieux équipées, elles se trompent donc de compétition. Il en faut une sacrée dose de testostérone pour se lancer, prendre des coups, y retourner, vouloir “démonter” la concurrence, … Et puis, c’est obligatoire de boire des canons avec ses clients (tous des hommes, bien sûr), son banquier, enfin, c’est du business quoi, on n’est pas dans l’associatif ! Créer sa boite, c’est un peu comme chasser au temps de l’âge de pierre, c’est la guerre quoi !

Elles ne jouent elles-mêmes pas le jeu de l’égalité des sexes. Il suffit de taper “entrepreneuse” dans Google pour s’en rendre compte (d’ailleurs, mettez-vous d’accord les filles : entrepreneure ou entrepreneuse ?). Hop, qu’est-ce qu’on trouve ? Des clubs de femmes, des trucs “interdits aux hommes”, même un incubateur (Paris Pionnières), des réseaux de financement (Femmes Business Angels, …), un magazine (Entrepreneuses Mag, oulalah), un prix de l’entrepreneuse de l’année, des réseaux et clubs d’affaires “au féminin”… Tout un arsenal militaire pour elles et leurs projets, qui, si on les reproduisait “au masculins” nous vaudraient une volée de bois vert et une manifestation, et un pamphlet d’Isabelle Alonso.

Elles sont énervantes. Le pire, c’est qu’elles ne le reconnaissent pas. Avec leur capacité à gérer plusieurs choses à la fois, à ne pas forcément agir sur des coups de tête, à relativiser, à s’occuper plus de leur produit et de leurs clients qu’à chercher à construire le plus gros paquebot possible… On en passerait presque pour des mono-neurones incapables de se souvenir d’un rendez-vous ou de gérer la vie professionnelle ET la vie privée… D’ailleurs, qui porte la culotte entre Lucy & Valentin, à votre avis ?

Elles piquent toute la lumière. Participez à une conférence ou un panel avec plusieurs entrepreneurs. Déjà, c’est sûr qu’on a donné la place centrale (à droite de l’animateur, hein) à l’entrepreneuse du panel. Et c’est aussi sûr que c’est elle qui va ravir les “voix” du public. Belle, drôle, bonne communicante, rayonnante, sûre d’elle… Comment voulez-vous qu’on lutte ensuite ?

Non mais c’est quoi leurs business, hein ? Des projets passion, des trucs avec du sens, du solidaire, du social voire même de l’environnemental la plupart du temps. Avec des conditions de travail genre “je sors à 18h parce que j’ai une vie familiale et privée aussi”. Et je veux surtout que mes collaborateurs se sentent bien et restent sur le long terme. Et le pire, c’est que ça marche ! Elles réussissent, développent de vraies belles entreprises pérennes et rentables ! C’est dégueulasse !

Bon, vous m’aurez compris je crois, pas la peine de poursuivre. Pitié les filles, venez encore plus nombreuses nous embêter dans la création d’entreprise !!! Vite !!!

[Maintenant, si vous voulez vraiment savoir pourquoi les femmes ne devraient pas créer d’entreprises, courrez lire le très bon post du très masculin Gilles Poupardin (et ça rime) dans le cadre de nos posts croisés du vendredi ! ]

[photo : dr_vaibhavahuja]

20

  1. Voilà un portrait fidèle de ma boss…

  2. C’est vrai qu’elles absorbent la lumière… il y en a pas beaucoup alors forcément quand la Belle au Bois Dormant se réveille ça fait mal !!

  3. Je me contenterai de citer Laurent Fabius: « Mais qui va garder les enfants? »
    😛

  4. Waouh, j’adorerais être la star rayonnante que tu décris… En tout cas, pour le “je sors à 18h parce que j’ai une vie familiale et privée aussi”, c’est pas encore ça !
    Mais il y a un truc qui m’épate vraiment : comment parviens-tu à avoir 2 filles dans ta nouvelle promo de 5 incubés ?

  5. Deux posts (celui-ci et celui de janvier concernant les jeunes diplômés créant leur entreprise) qui me poussent encore un peu plus vers le monde de l’entrepreneuriat… Et oui, même si j’accumule les tares (jeune diplômée, peu de financements et femme !), je me sens l’âme d’une créatrice d’entreprise… L’idée est là, l’associée aussi (elle est aussi jeune diplômée), il ne manque plus qu’à se mettre à vraiment monter le projet… et à convaincre !

    Merci pour votre blog qui rebooste notre motivation !

  6. Etre entrepreneur, c’est avant tout un projet à mettre en oeuvre, pas un conflit de infériorité! :p

    Pour avoir laissé les rennes du monde aux hommes depuis la nuit des temps, nous vivons dans une époque formidable: les mers mazoutées par les « gros paquebots », les rejets de C02 en croissance grâce aux « grosses voitures », aux « immenses usines ». La terre a également plus chaud, nous le devons à l’explosion des ventes de clim’ et au chiffre d’affaire exceptionnel fait sur les congélateurs.

    Merci à vous, les 27% de femmes: »Des projets passion, des trucs avec du sens, du solidaire, du social voire même de l’environnemental la plupart du temps. »

  7. Voilà un joli contre-pied,j’ai beaucoup ri en lisant ce billet… Merci 😉

  8. Euuh … c’est une blague j’espère ?

  9. Et les femmes ne se mélangent pas aux hommes dans les soirées networking ^^ J’ai tellement de mal à faire venir les femmes dans mes soirées web que je lance maintenant des soirées dédiées aux filles du web, pour qu’elles osent venir…

    • Oui, mais est-ce que les hommes ont le droit de s’incruster ? (parce que là, ce serait le bon plan !)
      Ou alors :
      Organiser et communiquer sur deux soirées (une pour filles, une pour les garçons), et les faire se tenir au même endroit :)

  10. Cet article qui se veut humoristique est en fait blindé de clichés sexistes.

  11. Très drôle ! Un peu moins drôle quand on dit qu’on a crée une entreprise…c’est toujours une petite entreprise! Mais on travaille à ce que le regard des hommes (euh..pas seulement..) change!

  12. Merci pour ce petit billet rafraîchissant ! J’étais persuadée que les femmes entrepreneures étaient de plus en plus nombreuses ???? J’espère vraiment que les « filles » plus jeunes auront l’énergie et l’ardent désir de se réaliser au travers de leurs propres créations. L’entrepreneuriat est tellement exaltant qu’il serait dommage de passer à côté au prétexte fallacieux d’être issue du genre féminin…

  13. J’ai juste envie de répondre ça^^ (et bravo pour ton article, j’ai bien rigolé)

    Tu permets que je nous défende ?)

    http://www.remarkabl.com/blogo/l%E2%80%99entreprenariat-au-feminin

  14. Ahahah très marrant ton post !

  15. Si ça pouvait aussi bien vu par les hommes … ça serait vraiment chouette ! J’aime aussi les question de mon entourage : « et ton mari, il le vit comment ? » Sous entendu, tes conneries, là, ça ne dérange pas trop la vie de famille ?

    Et sinon, j’aimerais que les administrations et autres grosses boites cessent de m’écrire à « Monsieur le Directeur » … cf mon billet : http://www.zoli.fr/actualite/reponse-a-monsieur-le-directeur-commercial-de-la-poste/

  16. Merci. Enfin un homme qui a de l’humour.
    (Humour)

  17. J’adore! C’est carrément motivant. Moi aussi je veux piquer toute la lumière.

Les commentaires sont fermés.

© 2019 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑