Trouver le nom de sa startup

Lorsqu’un enfant naît (ou quand vous adoptez un chat ou un chien, ou que vous mettez à jour un iPhone pour la première fois), vous lui donnez un nom… Il en va de même avec une entreprise, et même avec votre projet.

Pas de nom pour votre startup ? Dépêchez-vous d'en trouver un pour officialiser la naissance !

Pas de nom pour votre startup ? Dépêchez-vous d'en trouver un pour officialiser la naissance !

Je suis en effet toujours assez embêté lorsque je parle avec quelqu’un de son projet, et qu’on doit utiliser un « nom de code », ou pire, pas de nom du tout. En fait, la seule raison pour ne pas avoir de nom à votre projet, c’est que vous n’êtes pas sûr du besoin auquel vous voulez répondre. Dès que vous avez un tant soit peu avancé, et que donc vous savez plus ou moins sur quel marché vous allez agir, il est temps d’avoir votre nom et de commencer à le crier au et fort.

Avoir un nom, très rapidement, c’est en effet :

  • lui donner vie beaucoup plus concrètement
  • permettre aux autres de se l’approprier plus aisément
  • la première étape avant les cartes de visites, le petit site vitrine, le nom de domaine, et, in fine, l’action commerciale
  • passer du statut « je réfléchis à mon projet » à celui, plus pro, de « je monte XYZ, qui répond au besoin suivant »

Sauf que voilà, sauf à être un génie du « naming », trouver un nom relève parfois de la galère, et dans son souci de perfection, on peut y passer plusieurs semaines. Résultat, on n’avance pas.

Voilà donc quelques conseils pour vous aider à avancer :

  • Parler de votre métier. Je ne suis pas trop fan des noms « conceptuels » trop éloignés du métier de l’entreprise. Dans mes précédentes entreprises, le nom avait toujours un lien avec le business (Methodia, pour enseigner les méthodes de travail aux collégiens et lycéens, EventAttitude pour de la prestation photo dans l’événementiel, puis BD&Comm, une… agence de communication par la bande-dessinée). Un bon nom c’est donc un nom qui fait déjà une partie du boulot de communication.
  • Raconter une histoire. Au-delà de parler du métier, votre nom doit surtout raconter une histoire plus complète, sur la naissance de votre business, sur votre service, sur vos clients, sur votre particularité… Pas étonnant d’ailleurs que de plus en plus de noms reprennent des prénoms ou des éléments de pur Story-Telling. Est-on plongé dans un univers à part entière ? Ou est-ce que le nom est froid, distant, chirurgical (ce qui peut d’ailleurs convenir, pour certains business) ?
  • Être mémorisable. Un bon nom, c’est un nom dont on se souvient, qui accroche. Les deux éléments précédents y contribuent beaucoup, mais il faut aussi qu’en soi, le nom se prête à la mémorisation, soit parce qu’il surprend, soit parce qu’il raconte justement suffisamment une histoire. Faites-le test autour de vous lors d’un dîner : dites votre nom à l’apéro, et demandez ensuite aux convives (séparément) ce qu’ils ont retenu…
  • Se différencier. Pas la peine d’aller essayer de prendre un nom trop proche de ce qui existe déjà, même si c’est dans un domaine un peu différent du vôtre. Pour exister pleinement, votre entreprise a besoin d’un peu d’oxygène, cherchez donc des territoires de nom encore un peu vierges.
  • S’assurer de la disponibilité. Aujourd’hui, ce n’est pas seulement une disponibilité à l’INPI, qu’il faut regarder… mais aussi le nom de domaine en .com et .fr à minima (ou en tout cas on doit pouvoir les racheter), le twitter, la page facebook, et plus globalement regarder combien de pages Google répondent à votre nom. Si vous êtes trop générique, vous galérerez vraiment à ressortir. Pour certains business, ce n’est pas très grave, mais aujourd’hui la plupart sont concernés et ne peuvent se permettre de partir, sur ce domaine, avec déjà des handicaps certains.
  • Rester simple et compréhensible. Certains noms ont le chic pour être difficiles à écrire, voire même à prononcer. Les acronymes, les consonnes multiples ou qui vaudraient beaucoup de points au Scrabble, les noms à rallonge ou la juxtaposition de termes techniques, nuisent à la compréhension simple du nom. Un bon test, pour cela, consiste à téléphoner à un ami et lui dire le nom. S’il doit vous faire épeler ou s’y reprendre à plusieurs fois pour comprendre… c’est que c’est trop compliqué (et imaginez-vous épeler votre nom ou email à chaque appel prospect…) !
  • Ne pas céder aux modes. On a vu de nombreux noms en « éo », puis en « .us » ou « .ly », des noms sans voyelles, ou avec deux « oo »… A priori, vous feriez mieux de vous détacher de ces modes qui durent 18 mois, et qui « datent » beaucoup les startups ensuite. La langue est suffisamment riche pour trouver un nom, non ?

Alors, comment faire, maintenant ? Quelle méthode utiliser ?

Déjà, mettez-vous une limite temporelle, genre « dans un mois, j’ai trouvé mon nom ». Prenez ensuite un peu de temps pour lister, sur une page A4 (pourquoi pas en utilisant le mind-mapping), les éléments suivants :

  • les problèmes que vous résolvez – les besoins que vous remplissez
  • les mots-clés de votre business
  • les noms de vos principaux concurrents
  • les éléments de la personnalité souhaitée de votre entreprise
  • vos avantages concurrentiels
  • les critères auxquels vous voulez que votre nom réponde

Ces points serviront d’accroche pour trouver des synonymes, des idées, des débuts de noms, et au final vous assurent de ne pas être éloigné de votre recherche initiale.

Ensuite, seul ou en groupe, produisez. Beaucoup. Intensément. N’arrêtez pas la recherche et la production avant d’avoir 300 ou 400 propositions. Rentrez tout dans un excel, et commencez alors seulement à trier. Vous devriez arriver alors à une liste d’une quinzaine de propositions intéressantes, mais aucune de vraiment satisfaisante.

Cela est normal, laissez maintenant votre esprit décanter la short-list, il devrait trouver tout seul, en tâche de fond. Et si vraiment vous n’y arrivez pas, prenez celui qui recueille le plus de suffrages « instantanés » autour de vous et dans la rue, auprès de gens potentiellement clients.

Et vous, quelle est l’histoire de votre nom ? Expliquez-nous dans les commentaires !

21

  1. Super article!
    Toujours aussi pertinent Guilhem… Trouver un nom d’entreprise est en effet très difficile…
    Nous sommes en train de créer une nouvelle agence de Community Management avec nos associés anglais, et trouver un nom qui ne soit ni cheap, ni « trop » à la mode, disponible en .com, .co.uk et .fr et compréhensible en UK et en FR a été très difficile…
    Un billet là-dessus ici sur mon blog: http://blogeezo.over-blog.com/article-frupk-gloums-et-bralters-trouver-un-nom-a-sa-boite-57933824.html
    Bonne chance aux créateurs!

  2. Super blog ! je me suis sérieusement lancé depuis 2 mois maintenant dans la création et à chaque étape, un article qui parle de ma problématique du moment .. décidément très bien.
    pour le sujet de l’article, ma (toute) petite expérience le confirme, un nom, ça pose un projet; même pour le créateur, le nom devient vite un fil rouge.. je le vois bien actuellement, l’univers se construit tellement plus aisément autour de ce nom. et du nom dérive vite un logo, une identité graphique… une carte de visite, un site de teasing, un blog.. tout ce qui rend le projet réel.

    un bémol tout de même, je suis pas trop pour les noms qui parle du métier .. ça me semble difficilement conciliable avec un nom qui raconte une histoire. Tout dépend, à mon avis, du marché et du public que l’on vise.
    En plus, je trouve dommage de s’enfermer tout de suite dans une activité, à cause de son nom. l’agilité nécessaire à la construction de son business pourrait en prendre un coup.

    Et merci pour le blog, très instructif.

  3. Très bons points… »Relève parfois de la galère », ça c’est sûr 😉

    Concernant la méthode à utiliser, attaquer le A4 (ou google doc) avec google et une vérif de noms de domaines à portée de main…sous peine d’être déçu par la suite.

    1 ou 2 autres points sont abordés ici : 17 Mutable Suggestions For Naming A Startup http://bit.ly/8Z3Tul

  4. Super blog ! je me suis sérieusement lancé depuis 2 mois maintenant dans la création et à chaque étape, un article qui parle de ma problématique du moment .. décidément très bien.
    pour le sujet de l’article, ma (toute) petite expérience le confirme, un nom, ça pose un projet; même pour le créateur, le nom devient vite un fil rouge.. je le vois bien actuellement, l’univers se construit tellement plus aisément autour de ce nom. et du nom dérive vite un logo, une identité graphique… une carte de visite, un site de teasing, un blog.. tout ce qui rend le projet réel.

    un bémol tout de même, je suis pas trop pour les noms qui parle du métier .. ça me semble difficilement conciliable avec un nom qui raconte une histoire. Tout dépend, à mon avis, du marché et du public que l’on vise.
    En plus, je trouve dommage de s’enfermer tout de suite dans une activité, à cause de son nom. l’agilité nécessaire à la construction de son business pourrait en prendre un coup.

  5. Excellent, tu as bien résumé la méthode, nous avons exactement utilisé celle-ci pour trouver Pictarine. De notre côté la recherche du nom a duré presque 2 mois et les retours de nos proches nous ont permis d’éviter des noms dignes du métal symphonique viking ! Un point important : vérifier immédiatement la dispo du nom de domaine et le nombre de sorties google. Enfin très important, votre nom doit se prononcer facilement et avoir un sens en France mais aussi au moins aux US. Et surtout, vérifier que votre nom ne veut pas dire un truc porno ou ridicule dans les principales langues…. c’est du plus mauvais effet et ça peut couter très cher de développer une nouvelle marque juste pour un pays. ex : l’Audi e-tron 😀

  6. Haha, on est d’accord, un nom en « eo » c’est ridicule aujourd’hui :)
    Mais bon, ça arrive a tout le monde de tomber dans la facilité Quelle ne fut pas ma surprise quand Nokia et Intel ont choisi « MeeGo » comme nous pour leur prochain OS.

    Bon, faut vraiment que je trouve un nom pour mon projet autour de la plongée. Je vais donc pousser la réflexion par écrit.

  7. Beau résumé! J’ajouterai un point de détail, tout de même très important, du moins pour celles et ceux qui ont l’intention de se lancer un jour à l’international : ne pas oublier de faire effectuer une recherche pour voir si le nom choisi n’est ni ridicule, ni offensant dans d’autres langues ou pour d’autres cultures…

    J’ai vu voici pas très longtemps une entreprise américaine d’aide à la vente (« Sales Consulting ») qui voulait se lancer en Europe francophone.

    Son nom ? « Salescons »… Héé oui (-:

  8. Hello, tres bon article… moi je m’étais fait une checklist pour trouver des noms à mes projets…(critères à prioriser selon les projets)…

    1- catchy, facile à retenir
    2- signifiant sur le métier qu’on fait
    3- bon potentiel SEO & Goolge friendly
    4- facilement écrivable par n’importe qui (ou déposer toutes les orthographes proches)
    5- internationale ou pas (selon objectif du projet)…

    Pour le 5, je n’ai pas de certitudes : J’ai un projet international, dois je lui donner tout de suite un nom international quitte à limiter son potentiel SEO sur mon marché d’origine…

    Qu’en pensez vous ?

  9. Sans parler du problème de trouver un nom qui s’exporte, ou si on part sur un nom à consonnance anglophone et qu’on est une boite française, de trouver quelque chose qui se prononce pas trop difficilement par les français…

    Quelques tips en plus, en anglais: https://www.marketingsherpa.com/article.php?ident=24156

    Une idée: le crowdsourcing. Faites un concours avec un ipod à la clé, mettez les gens sur la piste en expliquant le concept, laissez les soumettre des noms et voter pour le meilleur (peut-être avec Uservoice ?).

  10. Excellent billet, encore !
    Pour la nom de l’entreprise de ma femme, « La fée corsetée », nous avons pas mal de temps à trouver.
    Je suis satisfait, car c’est un nom qui sonne bien, qui est vite mémorisé même si parfois des personnes l’écrivent mal (son petit défaut).
    Nous avions pur but de créer un véritable imaginaire, qui ferait penser au monde des fées, des lutins des trolls.
    En effet, au départ, on avait décidé de proposer des corsets sur mesure, couplés à des petites figurines de fées et de lutins, qui se vendaient bien à cette époque.
    Depuis, l’entreprise a bien évolué, et a beaucoup changé. Le mariage a pris le dessus sur tout le reste, mais le corset reste la marque de fabrique (chaque robe ayant un corset!).

  11. Un très bon article qui synthétise les points importants d’une recherche de nom.
    Le critère #1 (voire même #0) ne serait-il pas la disponibilité? :)

  12. Le critère #1 est en effet ABSOLUMENT la disponibilité !
    Certaines classes, à l’instar de la 42, véritable fourre-tout regroupant les services scientifiques et technologiques ainsi que la conception et le développement informatique, sont très encombrées, et y trouver un nom libre, aisément mémorisable, « catchy » et différenciant relève du défi.
    Si l’on ajoute à cela l’exigence d’un nom de domaine en .com (84 296 796 dépôts à fin 2009), c’est le casse-tête assuré.
    Enfin, il ne faut évidemment pas sous-estimer non plus l’aspect international, afin de faciliter, le cas échéant, un développement / une commercialisation à l’étranger : qui sait si votre nom ne sera pas proche d’une grossièreté en argot hongrois ?! Pour aborder sereinement ce processus complexe et parfois délicat, les agences de naming telles qu’enekia (www.enekia.com) sont là pour accompagner et conseiller : stratégie de branding, proposition d’une centaine de noms filtrés juridiquement, tests qualitatifs et linguistiques… sans prétendre être des génies du naming, il faut parfois simplement savoir faire confiance à des professionnels ! Votre article cerne bien les différents aspects de la problématique naming : cette étape incontournable de tout lancement (qu’il s’agisse d’un produit ou d’une entreprise) peut vite se transformer en galère… et la phase de création pure ne représente en effet « que » la partie émergée de l’iceberg.

    Morgane Lebrun
    Consultante en création de noms – enekia

  13. Comme je suis plutôt sympa aujourd’hui, je partage avec vous un site super pratique : namechecklist.com
    -> Vérification de la disponibilité des domaines, des usernames sur les réseaux sociaux, des occurances de recherche, etc.

  14. Je trouve cet article très pertinent car comme chaque porteur de projet le sait, la recherche de nom est à la fois un moment très excitant et très frustrant.

    Excitant car il s’agit de donner vie à son idée, de la baptiser et aussi de lui conférer sa principale arme de propagation… son nom.

    Frustrant car il est difficile d’être vraiment satisfait… et souvent LA bonne idée est déjà utilisée ou simplement cybersquattée.

    Enfin le nom de votre projet peut vous venir à l’esprit dans la rue, dans le métro, pendant une discussion, en regardant un film, en vous endormant, etc.

    Maintenant, si vous souhaitez vous assoir à une table avec la ferme intention de trouver un nom pour votre idée, voici le matériel que je vous recommande:

    – Une feuille blanche pour noter tous les mots et petits dessins qui vous viennent à l’esprit quand vous pensez à votre projet.
    – Un dictionnaire de synonyme (en ligne)
    – Un dictionnaire français/anglais
    – Un traducteur multilingue (@Deuterome)

    Avec tout ça, vous pouvez déjà lister, classer et ordonner tous les mots clés de votre idée, leur synonymes et leur traductions.
    Ensuite, associez-les, découpez-les, déformez-les, mélangez-les, « BRANDisez-les » en somme.

    Enfin à chaque essai séduisant je vous recommande de vérifier IMMEDIATEMENT son utilisabilité. Pour cela, il vous faut:

    – Un site de registrar pour vérifier la dispo du nom de domaine (1an1.fr, gandi.net, ovh.com…) ou ce petit outil bien sympatique proposé par @Alex.Delivet : http://www.namechecklist.com
    – Un site pour vérifier la disponibilité de la marque en France (http://www.icimarques.fr)
    – Une googlisation en bonne et due forme.

    Si le nom vous plait, qu’il est plutôt court, facile à mémoriser et qu’il vous semble transmettre les valeurs de votre projet… Lancez-vous!

    Réservez au moins le « .com » et le compte Twitter. Pour le reste, c’est à vous de voir… Bonne recherche à tous!

    Mathieu Valoatto
    Web entrepreneur & étudiant à HEC Paris
    (MS Management et Nouvelle technologies)

  15. Ne nous le cachons pas la concurrence est mondiale quelque soit le secteur de l’activité concernée.

    En effet que ce soit pour une start-up, un commerce traditionnel, une société à vocation d’un marché international ou européen, un site e-commerce,une marque pour un produit ou un sevice…Aujourd’hui trouver un nom libre auprés de l’INPI et auprés du Whois reléve du parcours du combattant.
    Chez Nouveau Sens,agence de création de nom,nous l’avons compris aussi depuis plus d’un an nous éditons un site Internet (speednaming.com)qui permet à des créateurs d’entreprises, des sociétes déja existantes, d’avoir la possibilité de nous transmetre leur problématique de naming en ligne.Nous appelons afin de checker au plus prés la demande avec le client et nous travaiilons de front les aspects créatifs et juridiques (recherche à l’identique disponibilité)différentes options sont disponibles,afin de rendre accessible le naming tout en controlant son panier.
    Ce qui nous désespere toujours ce sont les créateurs qui se mettent dans des situations difficiles alors qu’ils démarrent leur activité, beaucoup sont obligés de changer de nom de société, changer de nom de site Internet, cela entrainant des coût annexes notamment la refonte de la charte graphique,l’identité visuelle etc…Aussi si certains sont créatifs et qu’ils ont bien appris les failles dans lesquelles il ne faut pas tomber aucun soucis, pour les autres mieux vaut investir une poignée d’euros en faisant confiance à une équipe de professionnel de la communication de marque,qui travaillera avec vous pour vous trouver le meilleur impact en fonction de votre problématique.
    Certains disent que nous faisons du Low Cost nous préferons dire que nous sommes accessibles, low cost nous semble péjoratif alors que la qualité de nos études est strictement la même que celle que nous faisons pas l’agence seul le prix différe car tout se passe en ligne et donc sans rendez-vous, déplacements,
    ce qui nous permet de gagner du temps et donc de diminuer les coûts.

  16. Toujours aussi intéressant.

    En revanche je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous affirmez qu’il faut se fixer une limite temporelle. C’est un coup à se mettre de la pression pour rien et à brider sa créativité …

  17. La création du nom est le point de départ de tout projet d’entreprise.

    En savoir plus sur le naming : http://www.namasteo.com

    La marque a un caractère stratégique, c’est un actif immatériel de grande valeur : unique, différenciant, adapté à son public, moteur de la compétitivité, reflet de l’expertise. Le nom raconte une histoire, reflète des valeurs.

  18. Un autre outil sympa qui compile traducteur, disponibilité, variantes et qui compile deux mots: panabee.com

  19. Super article. Mais je pense quand même que bien afficher son activité est plus important que son nom surtout pour le référencement.

  20. Merci Guilhem. Quand j’ai créé mon organisme de formation, j’ai eu du mal à trouver un nom. J’y ai passé des heures. Quand e demandais à mes proches ce qu’ils en pensaient, et je récoltais des « oui…c’est pas mal » accompagné de regards fuyants. Bref, j’ai fait appel à une agence de Naming, et je n’ai pas été déçu. J’ai compris que ça ne s’improvisait pas, qu’il fallait maitriser des aspects juridiques, linguistiques et marketings propres au naming.

    Du coup, j’ai créé une formation au naming en partenariat avec l’agence avec laquelle j’avais travaillé, qui bosse bien et a un prix raisonnable:
    lemonlearning.fr/formation-naming

    N’hésitez pas à me contacter, et bonne chance pour vous creuser la tête.

  21. Ne pas oublier non plus que le fait de trouver un nom induit aussi derrière d’autres conditions: le nom est-il disponible en tant que nom de domaine, dans l’extension que je souhaite, la marque est-elle disponible également, et si oui, est-ce que je ne risque pas des ennuis juridiques à terme…?
    La recherche d’un nom implique en effet bien d’autres paramètres souvent sous-estimés dans le contexte de startups, paramètres qui peuvent se retourner contre a startup malheureusement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑