L’entrepreneur est un morpion !

Ou en tout cas, il a tout intérêt à l’être un petit peu. Je pousserais même la réflexion jusqu’à dire qu’un entrepreneur qui ne le serait pas un poil ne serait pas totalement un bon entrepreneur, surtout dans les premiers mois de son projet.

Je m’explique…

Quand on n’a pas d’argent…

On a des morpions idées ! C’est un concept que l’on connaît bien en france même si malheureusement on est aussi aprfois à court d’idées. Heureusement on a plein de brillants entrepreneurs ! Il est donc nécessaire de faire avec les moyens du bord pour glâner des informations ou conquérir ses premiers clients.

Tout entrepreneur qui s’est lancé a déjà travaillé avec des bouts de chandelle et s’est débrouillé pour paraître bien plus gros, plus beau, plus sexy qui n’est en réalité. Si, si, ne niez pas, je vous ai bien vus ! Même, soyez-en fiers, être un morpion fait partie de la panoplie de l’entrepreneur moderne !

La technique du morpion © , mode d’emploi…

Alors c’est quoi, cette technique fumeuse ? Encore une invention bizarre d’un mec qui pète un câble sur son blog ? Que nenni ! Être un morpion, c’est avant tout une question d’optimisation de son ROI (retour sur investissement) : le moins d’euros possible investis pour un résultat que l’on veut maximal, personne de normalement constitué ne pourrait refuser ce bon deal !

Alors, pour être un bon morpion, il faut suivre quelques règles :

  • avoir identifié un problème simple à résoudre : trouver des clients, recruter, générer du trafic sur son site…
  • avoir repéré un spot précis où ses capacités de morpion vont pouvoir s’exprimer librement : un salon professionnel, une zone géographique, un événement, un lieu de passage, une catégorie de sites web, …
  • avoir évaluer les risques de nuisance : mauvaise image, passage par la case prison, temps perdu, …
  • avoir préparé son action : repérage, mise au point du message, préparation de vivres, impression des supports, …
  • réflexion intensive sur comment maximiser l’impact de l’action de morpionning (terme anglais officiel) : renforts presse, action de masse, porte-voix, rationalisation puis industrialisation…
  • débauche d’énergie et de volonté : croyez en vos capacités et ayez foi en les résultats !

Employer la technique du morpion est vraiment à la portée de tout entrepreneur. Vous avez tous au fond de vous cette possibilité, elle ne demande qu’à s’exprimer !

Quelques beaux exemples personnels :)

Dans ma carrière, il m’est arrivé de mettre en pratique plusieurs fois cette belle technique ancestrale. Voici quelques exemples personnels :

  • Achat de mots-clés google comportant le nom de concurrents
  • Distribution de tracts à l’intérieur de salons professionnels (sans s’acquitter des droits pour exposer)
  • Mise en présentoir de mes plaquettes dans les endroits publics lors de salons ou d’événements
  • Distribution de tracts à l’extérieur de salons (après passage du service de sécurité)
  • Flying intensif devant la boutique d’un concurrent
  • Prise de parole lors d’une conférence, au moment des questions, en insistant lour-de-ment sur la présentation de ma société (hop, 1000 personnes touchées d’un coup :)
  • Petit tour des forums consommateurs
  • Collage d’autocollants dans les toilettes
  • Affichage public dans la rue, sur des endroits pas du tout prévus pour ça

Sans être un pro, je suis assez fiers de certains d’entre eux, qui m’ont amenés pour certains à pas mal de foux-rires ou de sprints subits. Je n’ai pour l’instant pas trouvé d’ouvrages dédiés, mais c’est sûrement lié à la nouveauté de la pratique (quoi que, je ne serais pas surpris de rencontrer des exemples historiques !).

Les dangers de la technique du morpion ©

Alors, la pratique de la technique du morpion est à mener avec précautions. Il existe en effet des risques non négligeables :

  • agir en morpion peut conduire certains à l’agacement : ça les gratte un peu trop et du coup ils réagissent de manière disproportionnées : attaque en justice, appel des forces de l’ordre, bourre-pifs… Il faut donc ne pas en faire trop, ni pousser le bouchon trop loin…
  • cela peut aller à l’encontre de votre image de marque : surtout si vous vendez du luxe, de la qualité, de la fiabilité… réfléchissez-bien à vos actions de morpionning avant et posez-vous les bonnes questions ! Vous pourriez même avoir un mauvais bouche à oreilles !
  • ce n’est pas reproductible à long terme : la technique du morpion ne peut pas être reconduite trop souvent, son efficacité est dans la ponctualité, pas sur le long terme. Une étude très sérieuse montre aussi qu’à long terme, il est plus fatiguant d’agir en morpion que d’instituer de vraies actions de comm’ ou commerciales.
  • A utiliser avec modération !

5

  1. Michel de Michel&Augustin est venu durant un cours de Stratégie pour nous presenter la société. Et le moins que l’on puisse dire c’est que leur politique de communication c’est un maximum basée sur cette « technique du morpion » :) (autocollants dans le métro, flyer devant une conférence de presse danone,…)

    On connait maintenant le succès de la boite, et l’image de marque qui lui est associé :)

    La technique du morpion peut donc s’inscrire dans une véritable stratégie com’ et pas seulement être justifiée par un manque de moyens. Non?

  2. Eh bien Guilhem cette pratique « entrepreneuriale » est bien connu : il s’agit de « Guérilla Marketing ». Et le pape en est Jay Conrad Levinson qui a publié un ouvrage en 1985 à ce sujet. L’idée est donc bien de parvenir à mobiliser un impact maximum avec peu de temps et de moyens, soit en détournant habilement des actions de concurrents, soit en frappant de façon très ciblée.

    Pour les plus de 30 ans, un exemple frappant de guérilla marketing politique, avait été par exemple le détournement des affiches de Giscard d’Estaing en 1981 avec des auto-collants en forme de diamants collés sur ces yeux.

    Pour revenir au domaine commercial pur, ce type de pratiques pullulent sur les salons professionnels. L’un des exemples typique est de ne faire que peu d’investissement sur un stand, mais de s’assurer que l’on aura les plus gros sacs à distribuer, avec les plus gros logos. Il y a quelques années un de mes clients était spécialiste de la pratique. Résultat : la moitié des visiteurs se baladaient avec son sac (et son logo) qui était si pratique. Visibilité maximale, coût ridicule.

    Rien de neuf sous le soleil, si ce n’est son évolution et sa propagation sous de nouvelles formes. ; )

  3. Hello,
    Merci pour le rappel « historique ». Je pense que ça va un peu au-delà des pratiques de Guerrilla Marketing, puisque ça peut être utilisé dans un champ plus large. Mais c’en est certes très proche.

    Je dirais donc que les techniques de Guerrilla Marketing font partie de la panoplie du morpion, mais pas que. Et puis être un morpion, c’est avant tout un état d’esprit 😀

  4. l'homme banane

    28 avril 2009 at 18:10

    Q’est ce le danger d’avoir des morpions

  5. Salut guilhem j’aurais du mal a faire cela, mais bon votre site est pas mal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© 2017 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑