Comment trouver un associé « développeur » ?

Vu le nombre de messages sur le sujet qui arrivent dans ma boite mail ou le nombre de fois où l’on me le demande en face à face, je pense que je tiens là un sujet propre à être commenté, retweeté (lien juste à droite) ou liké (tout en bas, justement avant les commentaires). Mais bien évidemment, ce n’est pas là le principal intérêt de la chose : je crois surtout qu’il y a UN VRAI BESOIN pour les porteurs de projets et lanceurs de startups de tout poil…

Trouver un associé technique est aujourd’hui une vraie galère. Et pourtant, c’est un passage quasi obligé pour qui veut lancer une boite web (ou mobile, ou software) : internaliser son développement. Certes, on peut toujours passer par un freelance, off-shoriser dans un pays à bas coût, faire appel à des stagiaires ou encore passer par une agence web, mais ce ne sont là que des solutions moins intéressantes (sauf à lancer un site de e-commerce sans réelle nécessité de réinventer la roue).

Vous avez donc une idée géniale, et vous voilà donc bloqué au moment d’enclencher la seconde : sans « barbu » dans votre équipe, allez donc montrer un prototype, convaincre un premier client « d’y aller » en vous faisant confiance, lever de l’argent, bref, faire avancer votre projet.

Et force est de constater qu’il n’y a pas beaucoup de possibilités :

  • avoir justement autour de soi un développeur, qui a envie de partir dans une startup
  • avoir dans son réseau quelqu’un qui en connaît un, ou qui connaît quelqu’un qui…
  • aller le chercher « a la mano« , dans des événements type StartInParis, StartupWeekEnd, MobileMonday, BarCamps thématiques et autres…
  • avoir suffisamment de visibilité personnelle pour le crier haut et fort
  • passer par ses investisseurs, mais seulement si on a réussit à lever sans techno, justement…

Bref, pas de solution miracle… D’où la réflexion qui est lancée ici :

  • Si vous êtes en équipe « mixte », comment vous-êtes vous rencontrés ?
  • Si vous cherchez, comment vous y prenez-vous ?
  • Si vous n’avez pas trouvé, comment vous êtes-vous débrouillés ?
  • Si vous n’avez pas encore trouvé, dites-le aussi dans les commentaires (peut-être qu’un dév passera, et ce sera intéressant de voir si c’est un vrai problème ou si je plane à douze-mille).

Merci d’utiliser les COMMENTAIRES plus que jamais !!!!!
(et de faire tourner 😉 )

296

  1. On n’a pas encore trouvé, donc on cherche.
    Comment s’y prend-on ?

    – Cherchez autour de soi un développeur caché
    – Demander via des amis en école d’ingé. des contacts etc… (l’avantage d’être encore dans le milieu étudiant)
    – Multiplier les rencontres et événements (l’aperoentrepreneurs tiens par exemple :)) )

    mais … finalement, rien de très original !
    et ça prend du temps !

  2. Bonjour Guilhem,

    C’est bien, t’as pensé à moi. LOL. Je confirme en ce qui me concerne.

    Plus sérieusement, je dirai que l’on fait avec les moyens du bord : soi. Dernièrement, j’ai mis en ligne le résultat de mes recherches et de mes premiers tests avec un graphisme totalement revu. J’ai simplement passé des heures à me documenter, à tester sur mon réseau local, à échanger avec des personnes de mon réseau qui ne sont pas dans le domaine, mais qui apporte un oeil utilisateur tout aussi important.

  3. L’inverse est aussi vrai, on peut avoir une idée de boite en étant dèv et recherche un profil marketing/com/business :)

    • Salut!

      Si tu es toujours à la recherche d’un projet génial, fun et sérieux (très) qui a déjà une proposition d’accélération mais qui a besoin maintenant de concret côté dév, on peut bosser ensemble (et je suis pas contre les remises en questions et les suggestions quand elles sont pertinentes ; )

      Je suis du côté de Lyon.

      Let me know !

      • Bonjour Marie, je suis free-lance et réalise des prestations de conseil en systèmes logiciels sur Lyon. Peux-tu m’en dire un peu plus sur ton projet? Je peux peut-être aider ton équipe à avancer sur le plan technique. N’hésite pas à m’envoyer un mail à contact@hexadecilog.com

      • Bonjour Marie,
        Je suis développeuse à Lyon et je veux bien discuter de votre projet.
        Cdt,

      • Iscovici Martin

        15 octobre 2015 at 16:32

        Hello tout le monde,

        Nous cherchons un développeur sur Paris et sa région souhaitant s’associer à notre projet de start-up révolutionnaire !

        Sa mission : Développer à nos coté une application sur iPhone.

        contactez moi par mail : m.iscovici@gmail.com

      • Bonjour Marie,

        je suis dans le région du sud Luxembourg en Belgique, et je voulais savoir si vous seriez intéressée de vous parler de mon projet concernant le développement d’un site web
        Merci d’avance

      • Bonjour,

        Je souhaite développer une filiale en Belgique à la charge du partenaire environ 20000€ de fond pour le lancement.

        Projet existant.
        Pour la filiale vous aurez 30% des parts.

        Pour discuter des conditions je suis disponible au 06 11 61 40 05.

        Cordialement,
        Christopher

    • Je suis d’accord avec toi. Mais cela semble surprendre.
      Un dev a aussi de bonnes idées, mais pas toujours les compétences pour la convertir en produit, en offre commerciale, à adresser la cible, …

  4. Au delà de la difficulté a trouver un dev, il faut réussir a le convaincre!
    Je ne sais plus ou j’avais vu ça, mais il y a peu j’au vu passer une annonce d’un gars qui avait une idée de business et qui cherchait un associe tech. Tous les commentaires des ingénieurs étaient presque insultant! Du style : « t’es qu’un gros boulet de commercial sans competence et tu te cherche de la mien d’œuvre par cher »

    Il faut avouer que les cliches sur le clivage commercial/technique a la peau dure!

  5. Bonjour,

    effectivement l’inverse peut être vrai également. J’ai eu plusieurs idée que je n’ai pas concrétisé car j’étais seul sur le projet sans personne pour la partie marketing/com.
    Mais je ne désespère pas ou d’y arriver seul un jour (cela me parait dur) ou de rencontrer la bonne personne:)

    • Enguerran Abadie

      16 avril 2014 at 20:05

      Salut j ai vu ton commentaire … peut etre que nous pourrions nous aider … je cherche a faire un logiciel mais je suis le commercial de l équipe 😉 …

    • Bonjour,
      Ma réponse arrive un peu tard, mais vaut mieux tard que jamais
      Toujours à la recherche d’un commercial/marketing?
      A bientôt,
      Yann

    • Bonjour Rom,

      Je suis à la recherche d’un bon programmeur, j’ai plusieurs idées que j’ai vraiment envie de développer et à priori tu en as aussi.

      On peut peut être en discuter ?

      J’ai de l’expérience dans le développement d’entreprises (Marketing, vente et financement/business plan) à l’international.

      Mon num : 0622451592 je suis sur Paris.

      Cordialement,

      Jonathan

  6. Je vais dans le sens d’eMeRiKa.

    Étant développeur, mon cercle de connaissances est forcément orienté développeur. Il est donc très difficile de rencontrer un probable associé avec des compétences complémentaires.

    Ça sent le meetic pour porteur de projet 😉
    Thomas.

  7. Avec mon associé, nous avons réussi le mix commercial/technique en se mettant d’accord sur le projet ensemble, on ne peut pas dire que l’un de nous deux est le porteur de projet, nous sommes deux !

    En faisant ça, on a comblé l’écart business/technique ! On aimerait bien un associé développeur en plus… et là on galère ^^

  8. Salut à tous,

    Nous on s’est rencontrés en DUT informatique et depuis nous sommes en contact permanent pour notre projet de start-up.
    Je pense que le mieux est le milieu étudiant …
    Courage à tous !

  9. Salut Guilhem,

    Mon expérience ressemble à ce que tu décris.

    Étant à la fois ingénieur multimédia de formation et récemment diplômé du MBA d’HEC, j’ai souvent été contacté par des startups en devenir pour porter le développement de leur plateforme web. Elles semblaient avoir de grandes difficultés à trouver la personne idéale, disponible et prête à entreprendre. N’étant pas disponible, toutes voulaient que je leur recommande une personne ou un réseau en lequel j’avais confiance.

    Je crois qu’un moyen de créer des passerelles durables serait d’avoir d’avantage d’interactions entre les écoles de commerce et les écoles / universités qui forment des développeurs complets (i.e. capables également de se passionner pour un business). HEC organise par exemple une semaine entre les MBAs et ParisTech.

  10. Moi j’ai trouvé un développeur (EPITA) dans mon cours de chinois de mon école de commerce (Essec). Cependant, ça relève du coup de chance ! Car c’est probablement le seul de toute ma promo à avoir ce profil !

    Il faudrait que nos écoles (souvent décrites comme « les meilleurs » car très élitistes) se rendent enfin compte que d’ouvrir l’accès à des profils techniques est très bénéfique à la création d’entreprise !

    C’est probablement la faiblesse de nos campus au regard des campus US (espoir : ParisTech ?!)

  11. D’accord avec Emrika et Rom sur le fait que l’inverse est vrai aussi. J’ai pas mal galéré pour trouver un associé au profil marketing/com/business. Sinon un moyen assez intéressant pour trouver des associés est d’aller sur le site http://www.partnpro.fr/ (je précise que je n’ai rien à voir avec ce site mais que c’est grâce à lui que j’en ai trouvé un)

    Frédéric

  12. « Ça sent le meetic pour porteur de projet 😉 » (Thomas)

    c’est ce qu’on essaye de faire (entre autres) avec Worketer, réseau où on mixe toutes les fonctions d’un projet web (commercial/marketing/tech).

    Ceci dit on a plus observé de rencontres dans le sens commerciaux/marketeux vers dév que l’inverse.

  13. Je suis aussi porteur de projet et en recherche… Comme Kevin, je fais :

    – Le réseau
    – Qques manifestations
    – Un peu de twitter / facebook
    – Le blog du projet

    Bref, rien de trés original mais ca nous as permis d’avoir quelques rendez vous intéressants.

    Les developpeurs ayant laissés des messages, n’hésitez pas à me contacter si vous cherchez tjs des projets georges (à) dayted.com

  14. Idem eMeRiKa.

    J’ai eu aussi quelques soucis avec de potentiels associés qui n’y connaissaient pas grand chose à la technique et qui me donnaient parfois l’impression d’avoir peur de perdre le contrôle du projet.

    Toujours ces fichus problèmes de communication…

  15. Ayant une double compétence commercial / Technique, je ne ressens pas le problème du clivage que vous mentionnez. Au fil des ans, je suis de plus en plus développeur et de moins en moins commercial, mais je peux discuter avec les deux sans problème. Pour mon projet actuel, c’est plus un commercial  » d’amorçage  » que je recherche en plus d’un développeur pour me seconder. Je peux m’intégrer comme développeur dans un projet.

    • Bonjour,

      Futur diplomé en master direction & stratégie digitale, pour valider mon master j’ai du créer une entreprise. j’ai comme projet de créer une application (pour le mariage) et je suis à la recherche d’un développeur iOS dans un premier temps.
      Serez-vous intéresser pour que je vous en parle?

      Bonne journée

      Alexandra

      • Bonjour Alexandra. Très intéressant votre projet. Avez-vous réussi à monter une équipe technique pour le développement sous iOS?

  16. L’un des problèmes, je pense, c’est que beaucoup de commerciaux désirant monter leur startup sous estiment les développeurs, les prenant pour de la main d’oeuvre dont ils peuvent faire ce qu’ils veulent.

    N’embauchez pas de développeur lorsque vous créez votre startup. Associez vous avec un.
    Non seulement, il sera tout aussi motivé que vous pour faire du bon travail. Mais il vous apportera une connaissance technique que vous n’auriez pas eu vous même.
    Alors que si vous embauchez ce développeur en le faisant travailler comme un forcené, il n’aura qu’une seule envie : aller monter sa startup de son côté.

  17. On a constitué l’équipe mixte de Beansight lors du second Startup Weekend à Paris.

    Ce qui est certain avec tous ces événements entrepreneuriaux, c’est que les dévs rencontrés sont prêt à se lancer dans l’aventure ou alors le sont déjà avec quelqu’un d’autre.

    Après malheureusement, il arrive que le discours soit : « j’ai tout écrit sur le papier, il reste plus qu’à faire, tiens toi tu es développeur, fais! »

    Les « développeurs » qui sont prêt à se lancer, n’ont certainement pas que des compétences techniques. Ils sont certainement très calés sur les rouages et l’utilisation du web, sur les tendances à venir. Ils lisent tous Techcrunch, donc en savent autant que vous sur le processus startup et ses business models.

    L’associé qui a des compétences techniques doit vraiment être pris considéré associé. Si on a déjà bien muri son projet, il faut être prêt à ce qu’il soit remis en question par le nouvel arrivant.

  18. Ci dessous le lien d’un entrepreneur de nyc qui a écrit plusieurs posts sur son expérience à ce sujet, qui a notamment été d’être son propre directeur technique d’intérim pour lancer un premier prototype et prendre quelqu’un de plus compétent plus tard.

    http://viniciusvacanti.com/2010/09/cant-find-a-technical-co-founder-do-it-yourself/

    Sinon je suis d’accord avec le post qui donne un espoir avec ParisTech – il faut commencer à se connaître personnellement pendant les études, éventuellement bosser sur des projets ensemble, et là on peut voir la valeur mutuelle.

  19. Le gros problème c’est les préjugés que l’on à les uns des autres.
    Durant mon cursus scolaire (dut puis école d’ingénieur), il m’est arrivé plusieurs fois d’entendre de la bouche de mes profs que les profils marketing/commercial etc. ne servaient pas à grand chose.
    Il faut que les « techniques » comme moi comprennent que les « commerciaux » ne sont pas tous hautains et prétentieux (loin de la même), et de la même façon ces même « commerciaux » doivent comprendre que les « techniques » ne sont pas tous des pauvres types qui ne se rasent jamais et passent leur vie à coder sans s’intéresser au reste.
    A mon avis un binôme technique/commerce n’a de sens que si les 2 ont conscience de l’importance de l’autre dans la création de la startup.
    Plutôt que de regarder ce que n’amène pas l’autre, il faut plutôt se concentrer sur tout ce qu’il apporte au projet!

  20. Hey ! Moi c’est l’inverse, je suis dév porteur d’un projet et en difficulté pour proposer mes projets à des incubateurs par exemple ou investisseurs car ils demandent souvent au minimum deux personnes.
    Donc hey si quelqu’un cherche un projet à soutenir je suis là avec l’idée et le côté tech prêt. Je cherche pour passer au niveau deux !
    Vous me trouverez facilement si vous me cherchez :)

  21. Etant dans la technique (je termine mon master 2 info), j’ai eu l’occasion d’avoir des expériences avec des commerciaux (à travers des SSII), et tout le problème résidait dans la communication. J’ai souvent eu l’impression de n’être qu’une ressource, et c’est fort désagréable.
    Google a compris le truc, les développeurs sont chouchoutés !

  22. Le mash-up idéal est complexe. C’est avant tout une rencontre humaine
    Pour ma part je pense qu’un développeur qui entre au début de l’histoire est un associé.
    Surtout si le business développé concerne de nouveaux usages.
    je ne suis pas d’accord avec l’opposition commercial/techno.Le problème n’est pas tant de prendre les développeur de la main d’œuvre corvéable que de trouver un partenaire de confiance.
    je pense plutôt à un duo :
    porteur de projet/maitre d’œuvre.

    j’en suis là

  23. Je pense aussi que la difficulté repose dans l’équilibre à trouver entre les associés (jusque là, rien de bien nouveau). Beaucoup de porteurs de projets considèrent que la réussite repose sur l’idée et non sur sa mise en oeuvre.

    Dès lors, le développeur n’est pas considéré comme un associé mais plutôt comme un prestataire à qui l’on octroie une partie du capital.

    Dans notre cas, Hubert (le développeur 😉 ) et moi avions tous deux une forte envie d’entrepreneuriat. C’est le ciment de notre relation.
    Un petit projet nous a permis de constater le plaisir à travailler en commun et surtout créer en commun. La première application iPhone d’une longue liste était née.

    Je reste donc persuadé que pour que le duo (ou le trio…) fonctionne, chacun doit être avant tout « associé » et agir ainsi.

    Donc, à mon sens, le titre du billet devrait plutôt être « Comment trouver un associé sachant développer » 😉

  24. La principale difficulté de la mise en place de cette association est la différence de culture comme plusieurs l’ont dit précédemment. il faut trouver ou fabriquer un langage commun. pour cela, en amont, il est primordial que chacun prenne bien conscience du travail de l’autre et de son importance vitale pour mener à bien le projet.avec mes associés, nous avons démarré sans avoir totalement conscience de nos différences et aujourd’hui, nous fabriquons un modèle harmonieux pour tous : gestionnaire, commercial, développeur.

  25. Effectivement trouver un développeur n’est pas facile lorsqu’on a un profil commercial parce que ce n’est pas le réseau qu’on a développé. C’est d’autant plus dur lorsqu’il doit maîtriser certains nouveaux langages comme le « Ruby On Rails ».
    Et ce n’est pas tout de trouver un développeur avec les compétences requises, il faut surtout qu’il ait l’envie d’entreprendre pour pouvoir s’associer et ces perles rares croulent sous les demandes avec des honoraires/salaire très élevés.
    Du coup, j’ai dû passer par une agence web pour mon projet. Ca coûte très cher et ce n’est pas flexible surtout lorsqu’on bosse en « méthode agile » sur une application Facebook et qu’il faut s’adapter aux différents changements imposés par la plateforme. Ca permet au moins d’avoir une version Beta pour aller plus loin. Aujourd’hui je cherche toujours cet associé technique pour sortir de la Beta. Le dev a toute son importance dans une startup web et même dans la stratégie commerciale à mon avis, parce qu’il maîtrise le coeur même du projet, la techno.
    Si un dev ici maîtrise le ROR et les applis Facebook, allez voir mon site et envoyez moi un petit mail 😉 antoine (@) meetsound (.) com pour le site c’est meetsound.

  26. Si un investisseur vous demande de revenir vers lui lorsque vous aurez trouvez un développeur (ou un gestionnaire) pour compléter votre équipe, cherchez un autre investisseur… Ce n’est pas l’argent qui manque, ce sont les idées et ce n’est pas le développeur qui fait le projet mais le… Cela dit, porteur d’un dossier ambitieux, je me heurte à cette problématique. J’ai fait l’erreur d’aller vers la facilité, à savoir une « recommandation » : il est génial!.. Prêt que j’étais à céder une partie du capital, à savoir me « marier ». Évitez donc l’affect, l’entourage! (valable pour le « love money »). Aujourd’hui, je sais que celui qui comprendra ma problématique et que je saurai intéresser (humainement et financièrement)existe. Cela fait partie du processus de création, la vie fait toujours bien les choses et le cheminement « est » le but. Multiplier les sources (salon, etc) de rencontres est une piste. Une autre,(éprouvée), est d’aller voir une agence web du « top ten », ne serait-ce que pour avoir un devis et un road book et demander sans vergogne si votre contact ne connais pas un tiers indépendant. Ne vous retenez jamais (sans paranoïa) à parler de votre projet, partout, sans cesse et dès que le ressenti s’enflamme pour ainsi créer une dynamique qui in fine vous reviendra. Et puis, si vous n’osez pas directement demander à messieurs Benassaya, Niel, Berrebi ou Simoncini et consort s’ils ne virent pas l’un de leurs meilleurs éléments, continuez ce que nous faisons ici, sur des sites et blogs de qualités : chercher, échanger et trouver : N’est ce pas cela le propre d’internet?

  27. Aurait-t-on changé d’époque l’air de rien ? Il y a dix ans (oui en 2001) c’était la bulle de la nouvelle économie. A l’époque les VCs investissaient à tord et à travers sur une équipe de geeks et une idée (parfois même sans rien comprendre à la techno). Aujourd’hui d’après cette question la tendance serait inversée et les créateurs seraient en majorité des « non-techniques » avec des idées! Attention quand même, la plupart d’entre nous idéalisent toujours le geek (barbu mais pas trop), sorte de graal vers la réussite. Le problème reste l’opposition artificielle entre ces acteurs pour savoir qui héritera du lead. En fait pour passer du rêve à la réalité, de l’idée géniale aux clients, il faut trouver des profils capable de se comprendre et de faire le grand écart continuellement entre stratégique et opérationnel. Vu la lente évolution des formations, cela restera des oiseaux rares encore quelques temps.

  28. Ce post fait un peu écho à celui de rom1 (http://site-communautaire.blogspot.com/2010/10/esprit-startup-cest-quoi-ca.html) où j’ai déjà longuement commenté le sujet.

    Bien entendu, en tant que profil technique je ne peux qu’approuver toutes les remarques précédentes au sujet de la relation avec le porteur. Cependant, pour reprendre rapidement ma prose déposée sur l’autre blog, je pense qu’il est important de considérer le développeur comme un investisseur.

    Certes vous ne lui demandez pas forcément d’investir au capital de la société mais vous allez lui demander des sacrifices importants en règle générale. Personne n’aime se sacrifier pour rien (même pas les héros de vos films préférés) alors soyez convainquant !
    Tous les techies n’ont pas forcément la sensibilité d’un porteur de projet donc ils ne seront probablement pas réceptifs aux mêmes éléments qu’un VC mais si vous vous fendez d’une explication argumentée précisant la raison pour laquelle votre projet est viable alors vous aurez déjà fait un bond en avant !

    Sinon puisque tout le monde y va de sa petite annonce, je suis expert PHP (je vous épargne la liste de tout ce qui va avec) et si vous avez un projet intéressant autour de Montpellier ou sans contrainte géographique vous pouvez me contacter -> projet [@T] duael [D0T] fr

  29. Pour ma part j’ai une expérience un peu différente car j’ai un profil plutôt geek issu de Telecom ParisTech.
    J’ai suivi cette année la mastère MNT HEC-Télécom ou j’ai rencontré mes 2 associés au profil complémentaire un geek/designer (je n’ai aucune compétence en design et il ne faut à mon avis vraiment pas négliger l’importance du design)et un HEC.
    Aujourd’hui on lance justement une plateforme pour permettre aux étudiants d’horizons différents de travailler ensemble sur des projets d’entreprise. Ceci afin de leur permettre notamment de rencontrer des étudiants au profil complémentaire du leur tout en pouvant juger de leur performance sur un projet réel et ainsi ne pas s’associer avec n’importe qui.

    Autant j’ai noté à HEC un nombre important d’étudiants souhaitant se lancer dans l’aventure entrepreneuriale dès la sortie de l’école, autant à Télécom ce n’est pas le cas. Nous sommes à ma connaissance que 2 à tenter l’aventure dès la sortie de notre école cette année. Tous les geeks au profil entrepreneur que je connais préfèrent partir dans la Silicon Valley et rejoindre de grandes boites (Google et Apple notamment où ils sont payés plus de 6000$ en stage avec une ambiance de travail plutôt sympa…)

    • Salut Yohann,

      Tu avais le projet de lancer une plateforme pour permettre a des etudiants de tout horizons de se rencontrer. Je travaille avec une equipe sur une idee de plateforme similaire aujourd’hui, et j’aurais aime avoir ton retour d’experience, les difficultees rencontrees et si le site avait vu le jour.

      N’hesite pas a me contacter en perso watanabe.joanne@gmail.com,

      Merci !

  30. Amis Techos, Amis Commerciaux,

    Ce post est tombé du ciel! littéralement. J’ai planché toute la journée sur cette problématique précise, et quelle ne fut pas ma surprise en ouvrant le blog de Guilhem… :)

    Ma question est la suivante:
    Comment répartir le capital ?

    Car dans la vision caricaturale d’un commercial, qui est je dois le confesser proche de la mienne, la valeur apporté par un techos est eventuellement substituable (agence, freelance…) alors que, toujours selon lui , l’essentiel de la création de valeur provient(drait) du commercial (idée, déploiement, relations commerciales… et fonds propres)

    Comment effectuer ce partage pour être économiquement et moralement le plus juste ?

    Le point de vue des deux parties serait vraiment enrichissant!
    Raph.

  31. Effectivement, il est de plus en plus difficile de trouver de bons développeurs. Les développeurs sont partout mais rares sont les compétents. Travaillant moi même dans le domaine, je me rends compte tous les jours des erreurs de certains et je peux vous assurer que parfois les stagiaires sont beaucoup plus forts que certains dév « expérimentés » !

  32. @ Antoine
    tu as de recommandations pour les agences web ?
    je suis preneur

  33. @pier
    Selon tes besoins j’en connais quelques unes (forcément)
    Mail moi si tu veux en discuter (mon mail dans mon précédent commentaire ou sur mon site ^^)

  34. Un bon dév. est primordial pour réussir son projet web.
    J’aime quand ils ont une « culture SEO » et qu’il s’inquiète de l’ergonomie et de l’utilisateur.
    De toute façon, les bons dév, comme les bons marketeux, les bons graphistes, il faut bien chercher pour les trouver.
    Heureusement, il y en a !

  35. Bon clairement ce billet a été écrit pour moi, Merci encore Guilhem pour coucher cette problématique de start-uper noir sur blanc…;-)

    Je pense avoir fait toutes les erreurs possibles en matière de recrutement de « techos » (excusez moi du terme, ce n’est clairement pas péjoratif dans ma bouche)…

    La pire est probablement d’avoir associer un « techos » qui ne travaillait que le soir pour mon projet, ceci avec une part confortable dans le capital… Je pensais à l’époque qu’il serait facile de lever de l’argent pour pouvoir le débaucher rapidement… Je me suis planté, on s’est engueulé car forcément au bout d’un moment entre un mec impliqué à 150% et un autre à 10% le courant ne passe plus…

    Je le savais pourtant, mais j’ai pris le risque tellement j’avais confiance à mon projet et à ma capacité à le marketer auprès des investisseurs… Bref aujourd’hui j’ai du lui racheter ses parts et reconstruire un produit de A à Z, résultat : j’ai perdu un an…ce qui est énorme en environnement Web…

    Si c’était à refaire aujourd’hui, clairement je ferais faire un proto par un presta freelance avec qui je pourrai exiger un vrai planning…Quitte à perdre en confidentialité …Là aussi y’aurait beaucoup à dire… la confidentialité et la peur de dévoiler son projet nuit considérablement à l’action !!!

    Aujourd’hui, je suis toujours en galère de techos et j’ai 2 – 3 projets très ambitieux sous la main … je les fais évoluer tant bien que mal à coup de prestataires (ok ça me coute un peu de fric mais au moins je peux etre exigeant sur les délais)…

    Et vous savez quoi…moi pauvre ESCP au profil marketing/business, ben je me suis mis au PHP !!! je ne désespère pas un jour de devenir « techos » à mon jour et d’être en galère pour trouver un bon marketer 😉

    a+Renaud

    @ Duael, ton profil peut m’intéresser 😉 je te mail…
    @ Guilhem : tu voudrais pas créer un spinoff de ton blog pour créer un meetic de l’entreprenariat ? Je le ferai bien moi, mais 3 projets à gérer c’est déjà beaucoup 😉

  36. Quand je lis certain commentaires ici j’ai peur qu’il y ai quelque chose que vous ne voulez pas vous avouer.
    Un dév ça peut faire de la com/marketing avec un peu de bonne volonté, l’inverse est bien plus difficile.
    C’est peut être aussi pour ça aujourd’hui que le manque de tech se fait sentir.

    J’ai aussi la désagréable impression que bien que le discours soit de ne pas prendre le dév pour un presta à tout faire, vous ne le pensez pas capable d’avoir ses propres projets/idées, et que vous seul en avez.

    Le déséquilibre vient de là je pense, un dév qui a une idée il part solo, les autres dév sont pas des entrepreneurs. Les marketeux/com sont bloqués

  37. Je suis développeur, dispo de suite avec envie d’entreprendre 😉

    Le plus important, c’est de trouver des équipiers qui ont la même vision.

    Je suis porteur de projet moi-même. Je cherche au moins un associé « business ». Mais si votre idée est plus intéressante que la mienne, je suis prêt à rejoindre une équipe…

    Je suis inscrit au startup WE de Toulouse et partant pour le camping si on se dépêche.

    Pour vérifier notre vision avant de se joindre, j’ai écrire mon « manifeste » ici : http://www.slideshare.net/Yvem/mon-manifeste-dentrepreneur-avec-des-images-de-one-piece

    Les infos de contact sont à la fin 😉 À bientôt et merci pour l’article !

    • Manuel DOS SANTOS

      31 juillet 2014 at 11:44

      Bonjour

      C’est toujours d’actualité ?

      CAR Il n’y a plus votre slideshare suite à votre post
      Je suis développeur, dispo de suite avec envie d’entreprendre 😉

      Le plus important, c’est de trouver des équipiers qui ont la même vision.

      Je suis porteur de projet moi-même. Je cherche au moins un associé « business ». Mais si votre idée est plus intéressante que la mienne, je suis prêt à rejoindre une équipe…

      Je suis inscrit au startup WE de Toulouse et partant pour le camping si on se dépêche.

      Pour vérifier notre vision avant de se joindre, j’ai écrire mon « manifeste » ici : http://www.slideshare.net/Yvem/mon-manifeste-dentrepreneur-avec-des-images-de-one-piece

      Les infos de contact sont à la fin 😉 À bientôt et merci pour l’article !

  38. @Renaud @Guilhem : le meetic de l’entrepreneuriat ça parait être une super idée ! ça n’existe pas encore ?
    Parce que bon, linkedin c’est bien puissant mais avant de trouver des gens qui veulent bien s’investir dans un projet entrepreneurial…alors qui lance ça? On monte une ptite équipe, mais il nous faut un développeur..aie !

  39. Hop, je pense qu’il faut recentrer le débat !

    Je vais commencer par vous raconter mon histoire :
    Je suis de formation ingénieur, dans mes anciennes vies j’ai été développeur, chef de projet, commercial puis DRH. Autant vous dire que quand j’ai créé ma boite je me suis dit « je peux tout faire tout seul ! ». Forcément ce n’est pas vrai et j’ai commencé à chercher un associé. COmme tout le monde disait que trouver un associé dev c’était pas facile, j’ai cherché un associé commercial. Et cela n’a pas été plus facile !
    Jusqu’au jour où j’ai changé ma façon de chercher….

    Comme j’étais à l’origine du projet, quand j’approchais un potentiel associé je lui présentais ce qu’il aurait à faire. Et le problème était là. Si vous cherchez un gars (ou une femme) qui va executer ce que vous dites, ce n’est pas un associé que vous cherchez, mais un salarié. Et il ne faut pas voir l’associé comme un salarié que vous ne payez qu’en parts !

    A partir du moment où vous cherchez un associé, pour apporter quelque chose au projet, qu’il aura lui aussi de la latitude, cela sera plus facile de convaincre !

    Si vous avez VRAIMENT besoin d’un ASSOCIE, alors vous pourrez le trouver. Il faut donc être sûr de ce que vous cherchez !

    Si vous ne voulez pas lâcher la moindre decision dans votre entreprise, ne prenez pas un associé. Quelque soit son domaine de compétence.

    Donc trouver un associé c’est facile, si vous savez montrer que l’associé sera en effet associé. Sinon il comprendra vite qu’il ne sera qu’un executant, et il ne voudra pas vous rejoindre !

    PS : depuis j’ai trouvé mon associé ! il n’a pas le même rythme que moi, mais je lui fait confiance et il a en charge la partie commerciale du projet. C’est sa responsabilité !
    Et les decisions sont prises à deux !

  40. Bonjour à tous,

    Je m’apelle Cyril, je suis Ingénieur PHP/javascript avec plusieurs années d’expérience et je m’intéresse de très près à la création de business . J’ai notamment pour hobby la lecture des livres du personnal MBA (http://personalmba.com/) . Estimant que chacun a sa spécialité, je suis pour le mélange des talents et l’association de profil différents . Si vous avez un projet intéressant que souhaitez partager, vous pouvez me contacter : gir_dubare@hotmail.fr

    Cordialement,
    Cyril

  41. J’apprécie le commentaire de Bruno, que je rejoins complètement.

    Thomas.

  42. Pour le meetic des entrepreneurs, il y a http://www.nexenture.com qui existe, donc ceux qui sont intéressé peuvent y jeter un coup d’oeil, pas forcément besoin d’en réinventer un :)

  43. Bonsoir à tous…

    Pas évident effectivement tout ca.
    Personnellement, j’ai des connaissances dans la créations d’entreprises (j’en ai trois en activité et une qui a fermé ) mais plutôt traditionnelle orientées informatique.
    Comme tout le monde, je passe énormément de temps à développer mes connaissances du net et ce qui l’entoure. Ca ouvre l’esprit et permet de trouver des idées…

    Par chance, j’ai trouvé un dev dans mon cercle de connaissance qui a été séduit par toutes mes idées et une est en train de voir le jour.

    Il dev, moi je bosse le reste et l’aide dans le design.
    On a rajouté dans l’équipe récemment un profil accès marketing « international » mais venant toujours de notre cercle d’amis.
    Sans ca, mes idées seraient bloquées par mon manque de connaissances en dev et vu que le web vas très vite… une idée n’est pas libre longtemps…
    Je comprend donc les difficultés à combler une équipe, surtout que moi de mon coter, je vois surtout des dev dirent: « tu as les idées, ok, mais moi j’ai pas besoin de toi alors que toi oui… donc soit tu paie de suite soit rien… »
    PS: Notre « team » sera aussi présente à la startup week de toulouse.

  44. On trouve toujours des dév mais le plus dur est de trouver un très bon dév !

    • La différence entre un dév et un très bon dév. c’est quoi selon toi?
      Pour moi c’est simple, voici 2 critères:
      Le très bon doit connaître un Framework de tests unitaires et les pratiquer ET il doit aussi s’efforcer autant que faire se peut de respecter le concept MVC, ce qui est assez rare de nos jours.

  45. Je suis entièrement d’accord avec Bruno également.

    En fait à relire tous les commentaire et même ton article Guilhem on à l’impression que pour un projet vous voyez 2 associé : le porteur de projet et le développeur.

    Ma vision des choses seraient plus la suivante : un associé développeur et un associé business qui portent ensemble un projet. Chacun amène ses compétence pour la réussite du projet. Même si c’est l’un des deux qui amène l’idée initiale, elle sera forcément modifié, enjolivé par les discussions, les retours…

  46. Billet très intéressant, pour ma part je suis issu d’un formation business (école de commerce). Je me suis donc associé avec un ingénieur.
    Cependant pour accélérer la mise en production du service, j’ai décidé d’apprendre la programmation et mettre la main à la pâte. Cela m’a amené à apprendre des choses extraordinaires et je pense que aujourd’hui notre projet serait beaucoup moins évolué technologiquement sans cet effort.
    Enfin après il n’y a pas de recettes miracles et chaque projet a ses particularités.

    • Salut Jibay,

      Excellente ta démarche. Elle donne très web 2.0 je trouve. Elle est pragmatique et adaptée au monde actuel! C’est comme quand tu pars dans un pays étranger, c’est toujours mieux d’apprendre la langue. Et ça en vaut la peine, en général. Ça te permet d’aller plus vite plus loin… Bravo!

  47. évidemment rom
    comme toute rencontre humaine et a fortiori dans le milieu de l’entreprise c’est une addition de compétences.

  48. Bonjour Guilhem,

    Bravo pour votre blog.

    Je rejoins Bruno sur la confusion Salarié/Associé. Toutefois, si trouver un associé est facile, trouver un bon associé l’est moins. Avec l’expérience, je crois que la clef est dans le partage d’intérêts et de valeurs.

    Par ailleurs, au risque de choquer/froisser ou de mal comprendre, qu’il soit salarié ou associé, je crois préférable de voir le développeur comme un allié, et laisser tomber le cliché du old school marketing qui donne des ordres au développement. Si pour votre projet, en 2010, il n’existe pas déjà un outil qui le fait à 90%, cela signifie souvent que le projet est technologiquement et commercialement plus complexe que vous ne le croyez. Cela signifie que vous avez besoin d’un technicien aussi bon que vous, dans son domaine, donc quasi certainement un associé…

    My 2 cents.

  49. Je pense aussi que c’est un problème de réseau.
    La solution la plus efficace serait de planifier des rencontres thématiques sur des campus spécialisés.

    Les 300 étudiants de mon école d’ingénieur (ENSIIE) seraient totalement emballés par un événement de ce type.
    (Et je parle en tant qu’étudiant-entrepreneur)

    10 start-ups à la recherche d’un associé développeur Web (campus ENSIIE) ?
    10 start-ups à la recherche d’un associé profil juriste (campus XXX) ?

    On organise ça quand ?

    Bref, peut-être pure folie mais c’est bien de soulever le problème.

    Jérôme

    • Future Start-up innovante cherche très bon développeur mobile IOS & Android pour s’associer et faire de grandes choses ! Un des 300 étudiants de ton école d’ingénieur ou autre serait-il emballé ?

      Si oui : c.munschguerin@gmail.com

      Bonne journée 😉

  50. Un petit tour sur Développez.com, et vous en trouverez, des développeurs potentiellement intéressés par un challenge type Start-up.

    (à part ça, je suis potentiellement intéressé par toute proposition :)

Les commentaires sont fermés.

© 2018 Création d'entreprise & startups !

Gulihem BertholetUp ↑